Économie

Quatre nouveaux portiques de parc pour décongestionner le port de Douala

Douala International Terminal (DIT), le gestionnaire du terminal à conteneurs, vient de mettre ces engins en service au port de Douala pour améliorer les livraisons. En trois mois, la filiale du consortium Bolloré/Maersk a investi 7 milliards de F CFA (10,7 millions d’euros) pour s’équiper.

Mis à jour le 18 septembre 2014 à 10:48

En 2013, onze millions de tonnes de marchandises ont transité par le port de Douala. © Renaud Van Der Meeren/Éditions du Jaguar

Afin de faciliter la décongestion du terminal à conteneurs du port de Douala, quatre portiques de parc (RTG) viennent d’être officiellement mis en service. Cette acquisition – 4 milliards de F CFA – vise à accroître la productivité de Douala International Terminal (DIT), concessionnaire du terminal et filiale du consortium formé par le français Bolloré, le danois Maersk et APM Terminal. Opérationnels depuis le 12 août et d’une capacité moyenne de 120 mouvements par heure, les quatre portiques vont sensiblement améliorer la livraison des conteneurs.

Lire aussi :

Le Cnic fait flop à Douala

Le port de Douala en quête de compétitivité

Port d’Abidjan : l’UEMOA met en cause l’abus de position dominante de Bolloré

Cameroun : la production cacaoyère baisse de 19 000 tonnes

Décongestion

Le gestionnaire du terminal à conteneurs confirme par ailleurs « le retour progressif à la normale ». « À ce jour, les taux d’occupation des parcs export et import sont respectivement de l’ordre de 67 % et 89 % contre 147 % en mai 2014 », note un communiqué de Bolloré Africa Logistics (BAL).

Pour ce faire, DIT a investi 7 milliards de F CFA en trois mois pour s’équiper. Outre l’achat des RTG, deux grues mobiles de quai seront disponibles avant la fin de l’année. En perspective, l’acquisition d’un troisième portique de quai.

Pour rappel, plus de 90 % des importations et des exportations du Cameroun, du Tchad et de la Centrafrique transitent par le port de Douala. En 2013, 11 millions de tonnes de marchandises ont transité par cette porte d’entrée vers l’Afrique centrale. Cette année, 13 millions de tonnes sont attendues.