Pétrole & Gaz

Pétrole : les nouveaux projets angolais du PDG de Total

Kaombo Norte 1 © Total

Lors de l'inauguration du projet Kaombo en Angola, le 10 novembre, Patrick Pouyanné a annoncé le forage de 13 puits complémentaires, dont la mise en production, en 2020 et 2021, ajoutera 70 000 barils de pétrole à la production quotidienne du groupe dans le pays.

Entré en service au mois de juillet, le projet Kaombo a été inauguré le 10 novembre par Manuel Nunes Júnior, ministre d’État du Développement économique et social angolais, Patrick Pouyanné, le PDG de Total, et Carlos Saturnino, le président du conseil d’administration de la Sonangol.

Situé en eaux profondes, à 260 km des côtes angolaises, sur une superficie d’environ 800 km², Kaombo produit environ 115 000 barils de pétrole par jour, un chiffre qui doit être porté à 230 000 l’année prochaine, quand sa seconde unité entrera en service, connectant 59 puits. Opérateur du projet, le groupe Total en détient une participation de 30 %, aux côtés de Sonangol P&P (30 %), Sonangol Sinopec International 32 Limited (20 %), Esso Exploration & Production Angola (Overseas) Limited (15 %) et Galp Energia Overseas Block 32 B.V. (5 %). Une production considérable, en comparaison à la production nationale angolaise – 1,640 million de barils par jour en 2017.

Bloc 17

Lors de l’inauguration de Kaombo, Patrick Pouyanné a en outre annoncé le prochain lancement de deux autres projets : Clov phase 2, d’une part, qui nécessite le forage de 7 puits complémentaires et devrait démarrer en 2020 avec un plateau de production de 40 000 barils par jour, et d’autre part Dalia phase 3, qui nécessite le forage de 6 puits complémentaires et dont le démarrage est prévu en 2021 avec un plateau de production de 30 000 barils par jour. Le montant des investissements nécessaires au développement de ces projets n’a pas été précisé.


>>> À LIRE – Patrick Pouyanné : « Le leader du pétrole en Afrique, c’est Total »


Clov 2 et Dalia 3 sont tous deux situés dans le bloc 17, le plus grand bloc opéré par l’entreprise (plus de 400 000 barils de pétrole par jour), qui y détient une participation de 40 % aux d’autres partenaires (le norvégien Equinor, l’américain ExxonMobil et le britannique BP).

Des accords avec la Sonangol

En mai dernier, dans le cadre d’un déplacement à Paris du président de la Sonangol, Total avait déjà annoncé un nouvel investissement de 1,2 milliard de dollars (1,06 milliard d’euros) dans ce même bloc, situé à 140 km au large de Luanda, pour développer le projet Zinia 2, dont la production à terme devrait être de 40 000 barils par jour. Ce projet avait été élaboré dans les années 2010, avant d’être suspendu en 2015, du fait de la chute des cours du pétrole.

Total et Sonangol s’étaient également associés à 50/50 pour mener l’exploration sur le bloc 48 dans les eaux ultra profondes de l’Angola, avec une première phase de deux ans qui comprendra le forage d’un puits et avaient annoncé le projet de créer une coentreprise pour développer un réseau de stations-service en Angola, sous la marque Total.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte