Politique

Maroc : la discrète réconciliation avec les anciens exilés islamistes

Le fondateur de l'organisation islamiste clandestine Chabiba Islamiya, Abdelkrim Moutiî. © Youtube/abdelkarim Mouti

Condamnés à l'exil ou à la prison dans les années 1980 et 1990, les militants de l'organisation islamiste clandestine Chabiba Islamiya reviennent au compte-gouttes au Maroc, où une discrète politique de réconciliation a été mise en œuvre sous l'égide du Conseil national des droits de l'homme (CNDH).

Vendredi 2 novembre, leurs camarades islamistes étaient nombreux à l’aéroport de Casablanca pour accueillir Abdellatif El Idrissi et Abdelmoula El Khentache, de retour de leur exil français. Recherchés par la police marocaine, les deux sont des anciens membres de la Chabiba Islamiya (Jeunesse islamique), une organisation islamiste clandestine marocaine fondée à la fin des années 1960 – et aujourd’hui inactive. Condamné à mort par contumace, le premier n’avait pas foulé le sol du royaume depuis plus de 30 ans.

Les deux noms apparaissaient dans le dossier de l’attaque de l’hôtel Atlas Asni à Marrakech qui, en 1994, avait coûté la vie à deux touristes espagnols. En février et août 2018, Abdellah Biloul et Salah Bouhsiss, deux autres anciens sympathisants de la Chabiba – dont les noms avaient été cités dans la même affaire – , sont eux aussi revenus au Maroc.

Les islamistes ont l’impression d’avoir été tenus à l’écart d’une réconciliation réservée à la gauche

En 2004, cinq ans après l’accession au trône de Mohammed VI, l’État initiait l’Instance équité et réconciliation (IER), un programme visant à tourner la page des « années de plomb » du règne de Hassan II, marquées par la violence politique. Les islamistes ont souvent eu l’impression d’avoir été tenus à l’écart de ce processus de réconciliation qui aurait, selon eux, surtout concerné la gauche.


>>> À LIRE – Comment les Marocains tentent de s’approprier la mémoire nationale


Mais depuis quelques années, Rabat semble décidé à tourner la page de l’histoire violente qui l’a opposé à la frange dure du mouvement islamiste dans les années 1970 et 1980. En moins de cinq ans, c’est une vingtaine d’anciens militants recherchés et vivant en exil qui est revenue, selon Abdellah Lamari, avocat d’une partie d’entre eux – et lui-même condamné à dix ans de prison en 1984 pour son appartenance à la Chabiba.

Ouled Lahbib le précurseur

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte