Politique

Cameroun : Maurice Kamto libre de ses mouvements après avoir été interpellé le jour de l’investiture de Paul Biya

Maurice Kamto, dans son QG de campagne le 8 octobre à Yaoundé. © REUTERS/Zohra Bensemra

L’opposant Maurice Kamto, qui revendique la victoire au scrutin présidentiel, a été interpellé et brièvement assigné à résidence à son domicile de Yaoundé, mardi 6 novembre, jour de la prestation de serment de Paul Biya. La mesure a été levée en fin d'après-midi.

Maurice Kamto, candidat du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC) à la présidentielle du 7 octobre dernier, a retrouvé sa liberté de mouvement en fin d’après-midi, mardi 6 novembre, après une journée agitée.

En début d’après-midi, l’opposant avait été interpellé au Rond-Point Nlongkak, non loin de son QG de campagne à Yaoundé, mardi 6 novembre en fin de matinée. Il a ensuite été conduit à son domicile par des éléments de la police, en faction depuis le matin près de l’esplanade du Stade Omnisports, où le président du MRC avait annoncé sa volonté de tenir un meeting ce mardi, avant de déporter l’événement au Rond-Point Nlongkak, à quelques mètres de là. Des éléments du commissariat central numéro 1 de Yaoundé, du Groupement mobile d’intervention (GMI) et de la gendarmerie ont été mobilisés pour l’occasion.

Assignation à résidence

Maurice Kamto s’est opposé à son assignation à surveillance à son domicile, exigeant des représentants des forces de l’ordre qu’ils lui présentent un mandat. « Il a refusé de rester dans sa maison et est sorti. Les policiers l’ont encerclé, empêchant tout mouvement. Ils n’ont pas présenté de mandat. Ils sont restés ainsi pendant de longues heures, chaque camp échangeant des coups de fils », rapporte à Jeune Afrique une source proche du président du MRC.

Vers 16 h 30, heure locale, les policiers ont finalement autorisés Maurice Kamto a rentrer chez lui, le laissant libre de ses mouvements. Christian Penda Ekoka, Alain Fogué et Christopher Ndong, les cadres du parti présents avec lui à sa résidence, ont également retrouvé la liberté en fin d’après-midi.

Les autres cadres du parti arrêtés lors de la manifestation du matin étaient pour leur part toujours gardés à vue à la direction de la police judiciaire, mardi en fin de journée. Parmi eux, le vice-président du MRC, Emmanuel Simb.


>>> À LIRE – Cameroun : pourquoi Maurice Kamto n’a pas perdu


Maurice Kamto ne reconnaît pas la victoire de Paul Biya

Maurice Kamto se trouvait avec plusieurs dizaines de militants à un rassemblement pour protester contre la prestation de serment de Paul Biya, 85 ans, qui entame son septième mandat présidentiel.

Arrivé derrière Paul Biya, avec 14,23% des voix selon les chiffres officiels, Maurice Kamto avait proclamé sa victoire dès le lendemain du scrutin. Dimanche, déjà, 38 militants du MRC avaient été arrêtés à Bafoussam alors qu’ils participaient à une marche pacifique contre ce qu’ils considèrent comme un « hold-up électoral ».

Plus d’informations à venir prochainement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte