Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle à Madagascar : la bataille des ex»

Voir tout le sommaire
Politique

Présidentielle à Madagascar : Ravalomanana et Rajoelina se défient dans les rues d’Antananarivo

10/10/2018 - Antananarivo, Madagascar - Affiche de campagne du candidat Andry RAJOELINA dans les rues d’Antananarivo. PHOTO : RIJASOLO / RIVA PRESS © RIJASOLO pour JA

Marc Ravalomanana et Andry Rajoelina, deux des principaux candidats au premier tour de l'élection présidentielle à Madagascar ont réuni samedi 3 novembre des dizaines de milliers de partisans chacun dans la capitale Antananarivo à quatre jours du scrutin prévu le 7 novembre.

L’ex-président Marc Ravalomanana a fait stade comble à Mahamasina, transformé en marée blanche, l’une de ses couleurs de campagne. Son adversaire, Andry Rajoelina, chef de l’Etat de 2009 à 2014, a aussi rempli au même moment, à quelques km de là, le stade d’Antsonjombe.


>>> À LIRE – Hery Rajaonarimampianina : « Je n’ai jamais été en faveur d’un report de la présidentielle malgache


Des meetings sans incident

« Comme vous n’avez rien pu réaliser pendant vos présidences, il me revient de le réaliser et d’en faire plus », a déclaré devant ses partisans Andry Rajoelina à l’adresse des anciens présidents Ravalomanana et Hery Rajaonarimampianina, lui aussi candidat.

« C’est à cause du coup d’Etat de 2009 et de la prolifération des armes qui en a découlé qu’on a maintenant l’insécurité », a lancé Marc  Ravalomanana, au pouvoir de 2002-2009. Ce dernier avait dû céder le pouvoir en 2009 après avoir été lâché par l’armée qui avait confié le pouvoir à Andry Rajoelina, alors tout jeune maire de la capitale.

Vous allez vendre le pays si vous arrivez au pouvoir

A Antananarivo samedi, les caravanes des partisans des deux candidats, ceux de Andry Rajoelina en orange et ceux de Marc Ravalomanana en blanc, se sont croisées en s’interpellant sans incident.

« Vous allez vendre le pays si vous arrivez au pouvoir », ont dit d’une seule voix les supporters de Andry Rajoelina.

« Nul ne peut nous acheter contrairement à vous », ont répondu les partisans de Marc Ravalomanana.

Face à face pour un débat télévisé en direct

Les deux hommes se sont ensuite retrouvés face à face pour un débat télévisé en direct samedi soir sur la chaîne publique TVM, auquel participaient quatre autres candidats. A cette occasion, Marc Ravalomanana a encore accusé Andry Rajoelina d’être arrivé au pouvoir par « un coup d’Etat ».

« Il n’y a pas eu de coup d’Etat, vous avez démissionné », lui a répondu le second.

« Et pourquoi alors la communauté internationale l’a-t-elle qualifié de coup d’Etat ? », a rétorqué Marc Ravalomanana.

Trois anciens présidents favoris

Trente-six personnes sont en lice pour le premier tour de la présidentielle de mercredi. Mais trois d’entre eux, tous des anciens présidents – Marc Ravalomamana, Andry Rajoelina et Hery Rajaonarimampianina – font figure de favori.

Hery Rajaonarimampianina, qui a occupé la magistrature suprême de 2014 à septembre 2018 – date à laquelle il a dû démissionner, conformément à la constitution, pour se représenter -, réunira ses partisans dimanche dans la capitale. Si aucun ne l’emporte au premier tour, les deux premiers se retrouveront pour un second tour le 19 décembre.

L’élection est organisée quelques mois après une crise politique qui a fait deux morts. L’opposition dénonçait la volonté du président de la museler. Un gouvernement d’union nationale a été mis en place en juin et permis d’apaiser la situation politique.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte