Politique

RDC : la famille de Rossy Mukendi porte plainte contre le chef de la police de Kinshasa

Des policiers congolais patrouillent dans les rues de Kinshasa le 17 mai 2017. © John Bompengo/AP/SIPA

L'avocat de la famille de Rossy Mukendi, militant pro-démocratie tué en février pendant une manifestation anti-Kabila, a déclaré le 2 novembre avoir porté plainte contre le chef de la police de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo.

« Au nom de la famille Rossy Mukendi Tshimanga, j’ai porté plainte à l’auditorat général (parquet militaire) contre le général Sylvano Kasongo et consorts pour avoir agi comme bande organisée dans l’assassinat » du jeune activiste, a déclaré à l’AFP Me Richard Bondo.


>>> À LIRE – Répression en RDC : retour sur la mort tragique de Rossy Mukendi


« Nous ne sommes pas au courant de cette plainte »

L’avocat accuse le général Kasongo « d’avoir subtilisé l’arme du crime » et le soupçonne d’avoir « substitué l’auteur de l’assassinat par un innocent ». Outre le général, Me Bondo cite également d’autres responsables administratifs et policiers qui, selon lui, devraient comparaître dans le procès.

« Nous ne sommes pas au courant de cette plainte, s’il y a plainte, ils vont nous l’adresser, ça ne sera pas en l’air », a déclaré à l’AFP le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police, qui est également cité.

Initiateur du mouvement « Collectif 2016 », Rossy Mukendi (35 ans) a été tué par balle le 25 février dans la répression de la marche organisée par des catholiques qui s’opposaient au maintien au pouvoir du président Joseph Kabila au-delà du terme de son mandat.

Kumbo Tokis n’est pas le vrai auteur de l’assassinat de Rossy Mukendi, mais plutôt le brigadier Bivuala

Un procès toujours en attente

Après l’assassinat de Rossy Mukendi, la police avait affirmé avoir fait usage de balles en caoutchouc pour réprimer les manifestants. Un policier avait alors été désigné comme auteur de l’assassinat. Son procès a démarré le 25 mai, une semaine après l’enterrement, avant d’être interrompu. La date de la reprise n’est pas connue, selon Me Bondo.

Pour cet avocat, le policier aujourd’hui en détention « Kumbo Tokis n’est pas le vrai auteur de l’assassinat de Rossy Mukendi, mais plutôt le brigadier Bivuala ». Au moment des fait, ce brigadier était le garde du corps d’une major, Carine Lokeso, considérée par les parties civiles comme « donneur d’ordre » du meurtre. L’avocat exige également que la major soit dans le box des accusés.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte