Économie

Service public de l’eau : la SDE prête au bras de fer avec les autorités sénégalaises

Dakar, quartier du Plateau. © Youri Lenquette

Le ministre de l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye, a rejeté le 31 octobre les recours administratifs de la Sénégalaise des eaux (SDE) et de Veolia concernant l’attribution à Suez de la concession du service public de l’eau. La SDE promet un recours en contentieux.

La SDE « prend acte de cette décision qui ouvre la voie (…) à un recours contentieux auprès de l’Autorité de régulation des marchés publics ». C’est ainsi qu’une source interne à la filiale à 57,8 % du groupe Eranove a commenté à Jeune Afrique le rejet des deux recours gracieux déposés vendredi 26 octobre par la SDE et par Veolia auprès du ministre l’Hydraulique et de l’Assainissement, Mansour Faye.

Mardi 23 octobre, à la surprise générale, la direction de l’administration générale et de l’équipement du ministère avait rendu publique l’attribution provisoire de la concession au groupe français Suez, numéro deux mondial de l’eau, à l’issue de plusieurs mois d’attente.

La SDE, qui a en gestion le service public de production et de distribution de l’eau potable en milieu urbain et périurbain sénégalais depuis 1996, avait déposé le 1er juin 2018 l’offre la moins-disante parmi les trois concurrents en lice (286,9 F CFA le mètre cube d’eau pour la SDE, 298,5 F CFA/m3 pour Suez et 366,3 F CFA/m3 pour Veolia). C’est Mansour Faye lui-même qui en avait fait la révélation le 10 juin 2018.

Interrogations

Pour les deux soumissionnaires perdants, c’est le prix qui aurait dû être déterminant après que les trois concurrents ont passé les qualifications techniques « ainsi que cela est notifié dans le cahier des charges de l’appel d’offres ». Or, pour justifier leur choix, les autorités sénégalaises avaient indiqué qu’il s’était agi pour elles de « choisir l’offre économiquement la plus avantageuse, soit la plus cohérente entre l’offre technique et l’offre financière. »

Veolia, pourtant très loin en termes de prix, a lui aussi déposé, le 31 octobre, un recours gracieux de près de cinq pages comportant de nombreuses questions adressées au ministre. L’objet :« obtenir les critères précis qui ont amené à cette décision », selon une source interne du numéro un mondial de l’eau. Une telle démarche signifie d’après un expert du secteur que nous avons consulté que l’entreprise a « des interrogations quant au bon déroulement de l’appel d’offres ».

D’après nos informations, le rejet notifié par Mansour Faye ne dépasse pas quatre lignes de texte.

Veolia ne devrait pas déposer de recours en contentieux, nous précisent nos sources.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte