Politique

Remaniement ministériel en Mauritanie : Aziz place ses hommes

Le président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz à Nouakchott, le 2 juillet 2018. © Ludovic Marin/AP/SIPA

Après plusieurs semaines d'attente, le gouvernement mauritanien a été remanié mardi 30 octobre. Le président Mohamed Ould Abdelaziz en a profité pour placer ses fidèles aux postes clés.

Au lendemain des élections législatives et locales et en vue de la présidentielle de 2019, Mohamed Ould Abdelaziz continue d’abattre ses cartes. Après l’élection de Cheikh Ould Baya à la présidence de l’Assemblée nationale le 8 octobre, le gouvernement a été remanié mardi 30 octobre, afin d’accueillir deux nouveaux arrivants. Et pas des moindres.

Très proche d' »Aziz », le chef d’état-major Mohamed Ould Ghazouani prend le portefeuille de la Défense – son premier poste ministériel. Quant à Sidi Mohamed Ould Maham, président de l’Union pour la République (UPR, au pouvoir), il fait son entrée au gouvernement en tant que porte-parole. La nomination, très attendue, de leurs successeurs respectifs devait être annoncée mardi dans la journée.

Potentiels successeurs

Le Premier ministre sortant, Yahya Ould Hademine, un autre fidèle du président, devient par ailleurs ministre d’État chargé de mission. Cette nouvelle fonction, qui s’apparente à un poste de « vice-Premier ministre », a été créé spécialement pour lui.


>>> À LIRE – Mauritanie – Mohamed Ould Abdelaziz : « Je soutiendrai un candidat en 2019 »


Toutes ces personnalités sont régulièrement évoquées pour succéder en 2019 à Mohamed Ould Abdelaziz – lequel s’est engagé à ne pas changer la Constitution dans le but de briguer un troisième mandat.

Ould Houmeid à la tête de l’UPR ?

À Nouakchott, ce remaniement était impatiemment attendu depuis plusieurs semaines. La veille, le patron de la Société nationale industrielle et minière (Snim), Mohamed Salem Ould Béchir, avait succédé à Ould Hademine à la tête du gouvernement. Le nom de cet ingénieur formé en France, qui a occupé plusieurs ministères (Pétrole, Hydraulique, Mines…) et qui a dirigé la Somelec (Société mauritanienne d’électricité), circulait depuis longtemps. Sans compter que sa mère est issue d’une grande famille maure et que son père est haratine.

Lundi 29 octobre, l' »opposant » Boydiel Ould Houmeid a dissous son parti, El Wiam, pour rejoindre l’UPR, avant de s’entretenir très longuement avec Aziz. Il est fortement pressenti pour prendre la présidence de ce parti.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte