Politique

Tchad : affrontements dans le Tibesti entre l’armée et des présumés « terroristes »

Des forces tchadiennes engagée contre Boko Haram lors d'un exercice conjoint avec l'armée nigériane en 2015. © Jerome Delay/AP/SIPA

Des affrontements entre l'armée tchadienne et des « terroristes » ont eu lieu mercredi 24 octobre à Miski, dans la région du Tibesti, une zone du nord du Tchad peu contrôlée par les autorités de N'Djamena.

« Les forces de défense déployées dans le département de Miski ont été attaquées par un groupuscule de terroristes », a indiqué le communiqué de l’état-major général des armées tchadiennes daté de mercredi. Le texte, qui ne donne aucun bilan humain, indique que « la situation est sous contrôle ». Aucune précision n’est fournie par les autorités militaires sur l’identité des «terroristes» incriminés.

Selon des habitants cités par les médias locaux, les forces armées ont fait usage à Miski de moyens aériens et d’artillerie, et des victimes civiles seraient à déplorer. Cette information n’a pu être confirmée de source indépendante.

Affrontements entre l’armée tchadienne et des habitants ?

Un député de la région ayant requis l’anonymat, affirme que les violences ont opposé l’armée tchadienne à des habitants de Miski, qui contestent un nouveau découpage administratif de la région. Celui-ci rattache leur localité à la région de Borkou, alors qu’ils dépendaient auparavant de la région du Tibesti.

Ce découpage – adopté à l’issue d’un forum national en mars – est contesté par une partie de la population des trois régions du nord du Tchad, le Borkou, l’Ennedi et le Tibesti, car il ne respecterait pas des « normes historiques et culturelles », estiment des habitants.

L’extrême-nord du Tchad, communément appelé le BET (selon les initiales des trois régions), est une immensité désertique aux montagnes présumées riches en métaux précieux, habitée par des Toubou. Peu contrôlée, cette zone est propice à de nombreux trafics entre le Tchad, le Soudan, le Niger, la Libye. Plusieurs groupes rebelles tchadiens sont de même présents dans ces pays frontaliers.


>>> A LIRE – Lac Tchad : un soldat tchadien et vingt jihadistes tués dans des affrontements avec Boko Haram


Fin août, l’un de ces groupes armés, le Conseil de commandement militaire pour le salut de la République (CCMSR), a attaqué plusieurs localités de la région du Tibesti. L’armée tchadienne a été déployée dans la zone suite à cette incursion venue de la Libye voisine, selon une source militaire.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte