Droits de l’homme

Maroc : Nasser Zefzafi passe à côté du prix Sakharov

Nasser Zefzafi dans les rues d’El Hoceima, le 7 février 2017. © Mohamed Drissi K. pour JA

Le leader de la protestation rifaine de 2017 n'a finalement pas remporté le prestigieux prix, décerné au réalisateur ukrainien Oleg Sentsov. Mais pour ses proches, sa place de finaliste est déjà une reconnaissance de "l'injustice" qu'il subit.

Au fond de sa cellule de la prison Oukacha à Casablanca, Nasser Zefzafi est réduit au silence. Il n’empêche que le leader du Hirak du Rif, condamné à 20 ans de réclusion criminelle, demeure une figure incontournable pour les défenseurs des droits de l’homme. Sa nomination parmi les trois finalistes du prix Sakharov, décerné chaque année par le Parlement européen, en est une nouvelle confirmation.

Pour l’entourage du militant marocain, même si le sacre n’a pas été au rendez-vous, le simple fait que Nasser Zefzafi figure parmi les trois derniers prétendants est une sorte de reconnaissance internationale de l’injustice qu’il subit. Ses proches espèrent ainsi voir ses conditions de détention s’améliorer, sachant qu’il avait auparavant mené une grève de la faim pour dénoncer le traitement qui lui est réservé en prison.

Ses proches espèrent ainsi voir ses conditions de détention s’améliorer

Le Hirak du Rif avait été déclenché par la mort d’un vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures en octobre 2016. Ce mouvement de protestation, dont Zefzafi était devenu le porte-étendard, a pris fin suite à l’arrestation d’une centaine de militants en mai-juin 2017.

Oleg Stensov distingué

Ce 25 octobre, la conférence des présidents de groupes du Parlement européen a finalement attribué cette récompense au cinéaste ukrainien emprisonné Oleg Sentsov. Originaire de Crimée, région annexée par la Russie en 2014, ce dernier avait été arrêté en mai de la même année, avant d’être condamné à 20 ans de prison pour « terrorisme » et « trafic d’armes ».

Le verdict avait scandalisé les membres du G7 ainsi que de nombreuses personnalités politiques à travers le monde, qui n’ont eu de cesse d’appeler à sa libération. C’est en toute logique qu’il faisait donc office de favori dans les couloirs du Parlement européen, devant un groupe de onze ONG qui s’activent à sauver des vies en Méditerranée.


>>> À LIRE – RDC : le discours de Denis Mukwege, prix Sakharov 2014, devant le Parlement européen


Créé en 1988, le prix Sakharov est attribué par l’institution européenne à des personnes ayant apporté « une contribution exceptionnelle à la lutte pour les droits de l’Homme dans le monde ». Nelson Mandela, Aung San Suu Kyi, Nadia Murad ou encore Denis Mukwege, sont autant de lauréats qui ont eu par la suite la reconnaissance la plus prestigieuse au monde : le prix Nobel de la Paix.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte