Racisme

[Chronique] Racistes : insultez, vous êtes filmés !

|
Mis à jour le 23 octobre 2018 à 10h37

Par  Damien Glez

Dessinateur et éditorialiste franco-burkinabè.

L’œil de Glez

L’œil de Glez © Glez / J.A.

Sur Internet, une vidéo virale montre l’agression verbale dont une femme noire a été victime à bord d’un avion. Les réseaux sociaux font le procès de l’agresseur, des témoins passifs et de la compagnie aérienne Ryanair…

Le racisme progresse-t-il en Europe ? Ne constate-t-on que la libération d’une certaine parole honteuse, à la faveur de la légitimité récente de mouvements xénophobes ? Les réseaux sociaux sont-ils simplement une loupe qui décrit, en trompe-l’œil, une propagation de l’intolérance ? Une vidéo mise en ligne, sur Facebook, par le dénommé David Lawrence, a été vue plusieurs millions de fois le week-end dernier. Elle rend compte d’un comportement manifestement raciste.

Il s’agit peut-être même de l’expression d’une double discrimination : contre les personnes noires et contre les handicapés. À bord d’un vol Ryanair entre Barcelone et Londres, un homme blanc aux cheveux gris s’en prend à une femme noire dont il n’est séparé que d’un siège, une dame montée dans l’avion en fauteuil roulant. Acariâtre, l’homme insulte copieusement sa « presque voisine », usant de qualificatifs comme « vache moche et stupide » qui a tort de lui « parler dans un langage étranger ».

Infâme personnage

Alternativement, il formule le souhait de voir un passager s’asseoir entre eux et l’exigence que la dame insultée quitte la rangée, menaçant même de la « mettre » lui-même « sur un autre siège ». Ni l’intervention d’un membre de l’équipage ni l’indignation de la fille de la passagère invectivée ne tempère l’outrance de l’infâme personnage.

L’intolérant obtiendra finalement gain de cause. La femme mise à l’index acceptera de changer de place.

Sur les réseaux sociaux, les internautes ne s’en prennent pas qu’au raciste caractérisé. Ils s’étonnent qu’un seul des autres passagers soit intervenu, en plus du vidéaste amateur. Ils s’insurgent également contre la compagnie qui aurait pu déplacer l’inconvenant, voire l’expulser. Via Twitter, Ryanair déclarera plus tard avoir signalé l’incident à la police du Sussex, le comté situé au sud de Londres.

Conclusion : pour sauver la couche d’ozone et respirer un peu d’air frais en ce bas monde, il ne faudrait pas seulement interdire aux vaches de péter. Il faudrait empêcher les ruminants mal léchés d’agrémenter leur bilan carbone de propos grossiers et racistes.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3102p001_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer