Politique

Comores : le gouvernement donne jusqu’à lundi aux rebelles d’Anjouan où l’armée vient d’entrer

Un véhicule de la gendarmerie des Comores patrouille les rues de Mutsamudu, à Anjouan, le 20 octobre 2018. Un véhicule de la gendarmerie des Comores patrouille les rues de Mutsamudu, à Anjouan, le 20 octobre 2018. © afp.com - YOUSSOUF IBRAHIM

Le gouvernement des Comores exige un retour à la normale d'ici lundi à Mutsamudu, capitale de l'île d'Anjouan, où des rebelles sont retranchés dans le centre ville. L'armée a pris position dans la ville.

« Quelle que soit l’issue des négociations, lundi, il faut que la situation redevienne normale à Mutsamudu, que la circulation soit libre dans la ville et sur toute l’île », a déclaré à l’AFP le ministre de l’Éducation Mahamoud Salim Hafi, qui conduit les négociations avec les rebelles engagés depuis le début de la semaine dans des affrontements avec l’armée comorienne qui ont fait trois morts.

« Toute personne qui n’est pas concernée par cette affaire devra d’ici là avoir quitté la médina », a-t-il dit, dans l’anticipation d’une possible intervention des forces de sécurité qui ont reçu des renforts jeudi.

Un message par mégaphone à l’adresse de la population de la médina, le centre historique fait de ruelles entrelacées, est prévu dans les heures à venir.

Climat politique dégradé

Selon le ministre, les rebelles n’avaient toujours pas déposé les armes, samedi matin, malgré l’offre faite la veille et les négociations semblaient s’enliser.

Le climat politique s’est dégradé aux Comores depuis le référendum constitutionnel du 30 juillet. Ce scrutin aux allures de plébiscite (92,74% de oui) a renforcé les pouvoirs du président Azali Assoumani, l’autorisant à accomplir deux mandats successifs au lieu d’un.

Depuis 2001, la présidence était attribuée tous les cinq ans à un représentant de l’une des trois îles du pays (Grande-Comore, Anjouan et Mohéli). Il était prévu qu’Anjouan prenne la prochaine présidence.

Mais le président Assoumani, ex-putschiste élu en 2016, a annoncé son intention d’organiser un scrutin présidentiel anticipé l’an prochain, ce qui lui permettrait de remettre les compteurs électoraux à zéro et de régner sur l’archipel, en cas de victoire, jusqu’en 2029.

Je sais qu’ils sont en train de jouer avec moi

Le ministre de l’Éducation, en contact avec les médiateurs (notables et chefs religieux de la ville) qui négocient avec les rebelles, a paru sceptique sur une issue heureuse des pourparlers engagés vendredi.


>>> À LIRE  – Comores : référendum sous haute tension politique


« Ils avaient jusqu’à ce matin (samedi) pour rendre les armes, ce n’est pas fait. Maintenant ils [les médiateurs] avancent des nouveaux problèmes, ils disent ne pas savoir où se trouveraient exactement les rebelles, un rétablissement immédiat de la circulation, jusqu’à exiger une rencontre avec le chef de l’État. Je sais qu’ils sont en train de jouer avec moi », a-t-il dit.

« Qu’ils déposent les armes à l’endroit qu’ils veulent, à la mairie, n’importe où, partout où ils veulent, nous irons les chercher », a-t-il poursuivi.

« Pas optimiste »

La nuit de vendredi à samedi a été calme. Les barrages militaires ont été renforcés et toute personne qui s’en approche est priée de s’éloigner.

Le gouvernement des Comores a proposé vendredi aux rebelles retranchés dans la médina d’Anjouan l’impunité contre un désarmement.

Selon le protocole d’accord, le président Azali Assoumani est « disposé à accorder l’impunité à toute personne civile qui remettra son arme aux autorités militaires » vendredi entre 6h du matin et 18h. Le texte précise que « personne ne sera poursuivi » et que chacun « pourra partir librement vers la destination de son choix ». Les rebelles, qui demandaient davantage d’assurances, avaient obtenu un délai jusqu’à samedi.

L’un des trois signataires du texte, Abdallah Mohamed, secrétaire général de l’exécutif de l’île contrôlée par l’opposition, a été arrêté dans la nuit de vendredi, selon des proches.

Joint au téléphone, un haut fonctionnaire qui participe depuis le début aux négociations partage le même scepticisme que le représentant du gouvernement, Salim Hafi. « Je ne suis pas spécialement optimiste. Ce n’est pas sûr que les négociations aboutissent, en tout cas pas dans les délais souhaités. On verra », a-t-il dit sous le sceau de l’anonymat.

L’armée entre dans la médina de Mutsamudu

Les forces comoriennes sont entrées samedi dans la médina de Mutsamudu, capitale de l’île d’Anjouan. « L’armée a commencé à prendre position à l’intérieur de la médina depuis midi. Aucun coup de feu n’a été tiré, aucune maison fouillée. Les forces se contentent de sécuriser la médina pour que la population puisse y circuler librement », a précisé Mahamoud Salim Hafi, originaire d’Anjouan.

Selon lui, « les rebelles sont toujours retranchés dans des maisons ». Le ministre a rejeté toute idée d’assaut, redouté par la population civile.

« On n’a pas besoin de lancer d’assaut (…) Je garantis qu’à partir de lundi la vie reprendra normalement son cours à Mutsamudu, l’administration fonctionnera normalement », a-t-il conclu.

Les autorités accusent le parti Juwa, de l’opposant et ancien président de l’archipel Abdallah Sambi, originaire d’Anjouan, d’être à l’origine des violences qui ont éclaté lundi quand les manifestants ont érigé des barricades et que les forces de l’ordre les ont démantelées.

Les opposants, qui accusent le président Assoumani de se comporter en « dictateur de République bananière » et de vouloir se maintenir au pouvoir, renvoient la responsabilité de la situation au gouvernement.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte