Politique

[Chronique] Kanye West et Yoweri Museveni : make Uganda great again !

Par

Damien Glez est dessinateur-éditorialiste franco-burkinabè

© Glez

Après une visite à Donald Trump qu’il « adore », le rappeur Kanye West s’est rendu chez l’un des admirateurs africains du président américain : Yoweri Museveni. Quand « Ye » rencontre « Yo »…

Kanye West est cohérent dans son incohérence. Le 11 octobre dernier, le rappeur américain qui qualifie de « super pouvoir » ses troubles bipolaires – diagnostiqués à 39 ans – était allé faire un câlin à Donald Trump, dans son bureau ovale. C’est donc assez logiquement que ses pérégrinations africaines l’ont conduit vers la plus grande groupie, sur le continent, du président des États-Unis : son homologue ougandais.

En janvier dernier, alors que des propos insultants attribuées au milliardaire américain provoquaient l’ire de pays africains, d’Haïti et du Salvador, Yoweri Museveni déclarait aimer le locataire de la Maison Blanche « parce qu’il parle avec franchise aux Africains. »


>>> À LIRE – [Chronique] : Yoweri Museveni au secours de Donald Trump


« Ye » et « Yo » à Kampala

C’est donc deux « trumpistes » déclarés qui se sont rencontrés, le lundi 15 octobre, dans les locaux de la présidence ougandaise. Kanye West – appelez-le désormais « Ye » – avait reporté la sortie de son neuvième album, Yandhi, expliquant qu’il souhaitait « ressentir l’énergie » du continent africain, avant de mettre la touche finale à cette nouvelle œuvre.

Le rappeur en a donc profité pour visiter les incontournables curiosités touristiques ougandaises : le Chobe Safari Lodge, au parc national Murchison Falls, et le chef de cet État des Grands Lacs.

« Ye » a offert à « Yo » une copie de ses nouvelles chansons et une paire de Yeezy

Dans le palais présidentiel de Kampala, c’est avec son épouse Kim Kardashian, star ultime de la télé-réalité, que « Ye » a offert à « Yo » (Yoweri Museveni) une copie de ses nouvelles chansons et une paire de tennis blanches, des Yeezy Adidas labellisées « Kanye West » et dédicacées sur place par le couple.

À 74 ans, le président au large chapeau pourra se mettre à la street dance. En attendant, il s’est réjoui, sur Twitter, des « discussions fructueuses » qu’il a eues avec ces « célébrités du divertissement américain », et de leurs échanges « sur la manière de promouvoir le tourisme et les arts en Ouganda. »

Le rappeur, photographié avec un drapeau ougandais sur le dos, promet de construire en Ouganda un parc d’attraction qui serait le juste milieu entre Jurassic Park et Disneyland.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte