Dossier

Cet article est issu du dossier «Agro-industrie : vos moulins vont trop vite»

Voir tout le sommaire
Économie

Au Nigeria, Tiger Brands ne rugit plus

| Par Jeune Afrique
Après deux ans de difficultés, Tiger Brands estime encore possible d'améliorer la situation de Dangote Flour Mills.

Après deux ans de difficultés, Tiger Brands estime encore possible d'améliorer la situation de Dangote Flour Mills. © Akintunde Akinleye/Reuters

Depuis son rachat par Tiger Brands, le nigérian Dangote Flour Mills plombe les résultats de sa maison mère. Mais le groupe sud-africain maintient que cela ne constitue pas un motif de désinvestissement. Pour le moment.

Au Nigeria, le sud-africain Tiger Brands, qui a pris en 2012 une participation majoritaire dans Dangote Flour Mills (DFM), enregistre de piètres résultats, bien que le marché soit perçu comme l’un des plus prometteurs d’Afrique. Depuis son rachat, la filiale nigériane plombe les résultats de sa maison mère. À la fin du mois de mars, les bénéfices semestriels du groupe sud-africain ont plongé de 57 % à cause de DFM.

Plan d’action

Lire aussi :

Sénégal : Abbas Jaber, l’insubmersible

Les 25 pionniers de l’agroalimentaire en Afrique francophone

La fortune d’Aliko Dangote a crû de 4,2 milliards de dollars en 2013

Mais pour Peter Matlare, directeur général de Tiger Brands, cela ne constitue pas un motif de désinvestissement : « Nous continuons de penser que le Nigeria est central dans nos ambitions d’expansion à long terme. Un plan d’action va être mis en place afin d’améliorer les performances de DFM. La réduction des charges fixes et l’arrêt momentané de certains moulins figurent parmi les mesures envisagées. Il s’agit aussi de reconstruire l’image de marque de certains produits, affectée par des problèmes de qualité et d’inefficacité internes. »

Selon le département américain de l’agriculture (USDA), les minoteries du Nigeria ont une capacité de 8 millions de tonnes de blé et n’utilisent que la moitié de celle-ci. Outre DFM, le secteur de la minoterie est dominé par Flour Mills of Nigeria et BUA. Officieusement, le Nigeria exporte 450 000 tonnes de farine de blé et de produits dérivés vers les pays voisins.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3092_600x855 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte