Société

Nigeria : la colère monte après l’assassinat d’une humanitaire par Boko Haram

Un soldat nigérian près d'un checkpoint à Gwoza, au Nigéria, le 8 avril 2015 (photo d'illustration). © Lekan Oyekanmi/AP/SIPA

Une deuxième humanitaire de la Croix-Rouge internationale enlevée par Boko Haram a été tuée par le groupe jihadiste dans le nord-est du Nigeria en l'espace d'un mois. Des dizaines de personnes se sont rassemblées à Abuja le 16 octobre, en hommage à la jeune femme assassinée.

« [C’est] un acte de cruauté abject », s’est indigné mardi 16 octobre le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), après la mort d’une deuxième de ses employées enlevées par Boko Haram. Sage-femme âgée de 24 ans, Hauwa Liman est la deuxième professionnelle de la santé assassinée au Nigeria en un mois. Trois humanitaires nigérianes avaient été enlevées le 1er mars dernier dans une attaque visant la ville de Rann (dans l’extrême nord-est), au cours de laquelle trois autres travailleurs humanitaires et huit soldats nigérians avaient été tués.

Deux des femmes kidnappées, Hauwa Liman et Saifura Khorsa, travaillaient pour le CICR, tandis que la troisième, Alice Loksha, travaillait pour l’Unicef.

Le ministre nigérian de l’Information, Lai Mohammed, a annoncé mardi matin la mort de Hauwa Liman. Condamnant un meurtre « ignoble, inhumain et impie », il a appelé à la libération de deux femmes encore aux mains de Boko Haram – l’employée de l’Unicef et une jeune fille de quinze ans.

« Un acte de cruauté abject »

Le CICR a confirmé quelques heures plus tard dans un communiqué avoir « des informations selon lesquelles Hauwa Mohammed Liman a été tuée par ses ravisseurs dans un acte de cruauté abject ».

« Nous avons appelé à la clémence et à la fin de ces meurtres insensés. Comment est-il possible que deux professionnelles de la santé aient été tuées l’une après l’autre ? Rien ne peut justifier cela », a réagi la directrice régionale du CICR pour l’Afrique.

Hauwa Liman était « une femme sociable, dynamique et enthousiaste, très aimée de sa famille et ses amis (…) dévouée à son travail », a ajouté le CICR.

L’organisation humanitaire avait annoncé en septembre avoir reçu une vidéo de l’exécution de Saifura Khorsa, l’une des trois otages du groupe État islamique d’Afrique de l’Ouest (ISWAP), une faction de Boko Haram soutenue par l’EI.

L’ISWAP menaçait dans cette vidéo de tuer les deux autres otages si ses revendications n’étaient pas satisfaites, de même que Leah Sharibu, une collégienne de quinze ans enlevée par Boko Haram avec plus de cent de ses camarades, dans une école de Dapchi (État de Yobe, nord-est) en février 2018.


>>> À LIRE AUSSI – Infographie – Cameroun : où en est la guerre contre Boko Haram


« Travailler pour la libération des femmes innocentes »

L’ultimatum fixé aux autorités nigérianes a expiré lundi, mais le ministre de l’Information a assuré que le gouvernement avait toujours laissé la porte ouverte aux négociations.

« Dans toutes les négociations, nous avons agi dans le meilleur intérêt des jeunes femmes et du pays dans son ensemble », a-t-il dit. « Nous restons ouverts aux négociations et nous continuons à travailler pour la libération des femmes innocentes qui restent détenues. »

Mardi, des dizaines de personnes se sont rassemblées à Abuja, en hommage à la jeune femme assassinée, sous la houlette d’Obiageli Ezekwesili, candidate à la présidentielle de février et figure du mouvement #BringBackOurGirls (« Ramenez-nous nos filles »), créé en 2014 après un le premier enlèvement de masse par Boko Haram en avril de cette année-là.

Plus de 200 lycéennes avaient alors été enlevées, au pic de l’insurrection, provoquant l’indignation du monde entier pour réclamer leur libération. Une partie d’entre elles ont pu être libérées ou retrouvées depuis, mais 112 sont toujours captives.

Nous étions là pour les plus vulnérables et maintenant nous sommes les plus vulnérables

Plusieurs manifestants, en larmes, arboraient des pancartes reprenant les derniers mots de Hauwa Liman au téléphone avec son frère, quelques minutes avant son enlèvement : « Nous étions là pour les plus vulnérables et maintenant nous sommes les plus vulnérables. »

27 000 morts depuis 2009

Mais la marche, qui devait s’achever devant le palais présidentiel, a été empêchée par la police qui a formé un barrage humain sur la route.

« Nous sommes venus ici pour demander que justice soit faite. Pourquoi nos citoyens meurent-ils ? Et quand nous demandons pourquoi, la police nous bloque », a déclaré une autre coordinatrice de la marche, Edith Yassin, appelant à la libération des otages toujours aux mains des insurgés.

Une autre manifestante, Bukky Sonibare, a dénoncé une « échec » des autorités : « Le gouvernement savait qu’il ne s’agissait pas d’une simple menace » de la part de Boko Haram.

Les Nations unies estiment que les violences entre Boko Haram et l’armée nigériane ont fait plus de 27 000 morts depuis 2009 et près de deux millions de personnes ne peuvent toujours pas regagner leur foyer.

Les jihadistes pratiquent les enlèvements contre rançon pour financer leurs opérations ou échanger avec le gouvernement nigérian leurs captifs contre des membres de leur groupe faits prisonniers.

Les autorités affirment que les islamistes sont gravement affaiblis mais l’ISWAP a procédé ces derniers mois à une série d’attaques contre des bases militaires dans l’État de Borno et celui, voisin, de Yobe.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte