Société

Au nom des grandes écoles

Les grandes écoles françaises représentent chaque année la voie royale pour quelques centaines d’étudiants tunisiens en quête de diplômes prestigieux d’ingénieurs ou de commerciaux. Depuis sa création en 1990, l’Association des Tunisiens des grandes écoles (Atuge), fédère ces étudiants et leurs aînés, au point de former un réseau de 3 100 membres, dont 54 % basés en France et 34 % en Tunisie. C’est peu dans une France qui produit 30 000 ingénieurs par an, mais cela crée des liens, les grandes écoles françaises constituant des sortes de castes, dont sont d’ailleurs issus de nombreux cadres supérieurs des grands groupes ou des cabinets ministériels. Une technocratie moquée dans le monde entier mais qui permet à l’Atuge d’être un maillon du volume d’affaires entre les deux rives de la Méditerranée. « Nous sommes l’un des ponts les plus importants entre la Tunisie et la France », affirme Hassen Zargouni, président de l’Atuge depuis 2005.

Abonné(e) au magazine papier ? Activez gratuitement votre compte Jeune Afrique Digital pour accéder aux contenus réservés aux abonnés.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte