Elections

Sénégal : enquête sur ces candidats anonymes qui rêvent de devenir président

Un bureau de vote à Fatick, au Sénégal, en 2012. © Gabriela Barnuevo/AP/SIPA

Pas moins de 136 postulants se sont lancés dans la course aux 52 000 parrainages nécessaires pour se présenter à l’élection présidentielle au Sénégal. Parmi eux, nombre d'anonymes dont les motivations interrogent...

Recherche d’attention médiatique ? Volonté de représenter une alternative ? Manœuvres déguisées en faveur de Macky Sall ? Candidatures fantômes ? Les interrogations qui entourent la pléthore de prétendants à l’élection de février 2019 sont nombreuses. En septembre, ils étaient 87 à se lancer dans la quête aux quelque 52 000 signatures nécessaires pour se présenter à la présidentielle. Ils sont aujourd’hui 136, et on ne connait pas l’identité de chacun d’entre eux, la Direction générale des élections (DGE) n’ayant pas souhaité communiquer la liste complète des candidats.

Parmi eux, on retrouve les caciques de la scène politique, dont le président sortant Macky Sall et ses principaux opposants, parmi lesquels Karim Wade, Khalifa Sall ou encore Ousmane Sonko. D’anciens Premier ministres sont aussi sur les rangs : Cheikh Hadjibou Soumaré et Abdoul Mbaye.

Une alternative, pas l’alternance

Et puis il y a ceux dont le nom est moins familier, voire totalement inconnu. Ils sont banquier, enseignant ou encore avocat. Une chose est sûre : ces 136 aspirants ne pourront pas tous se porter candidats à la présidentielle. Outre la difficile récolte des parrainages, la caution fixée à 30 millions de francs CFA fait barrage. Un moyen de filtrer les candidatures, selon le gouvernement ; une entrave à la démocratie, selon les intéressés.


>>> À LIRE – Présidentielle au Sénégal : Madické Niang annonce sa candidature et rompt avec le « Karim ou rien »


Plus il y a de concurrence, plus c’est difficile pour les indépendants

Pourquoi autant de candidatures ? Les réponses divergent parmi les « petits candidats ». Mame Adama Gaye, qui se présente sous la bannière du mouvement Sénégal Bou Bess, qu’il a créé en 2018, revendique quelques centaines d’adhérents. Selon cet ancien bâtonnier de l’ordre des avocats, « certaines candidatures visent uniquement à créer une dispersion des voix. Plus il y a de concurrence, plus c’est difficile pour les opposants et les indépendants. L’électorat n’est pas élastique et le parti au pouvoir a tout intérêt à multiplier l’offre de candidats. »

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte