Pétrole & Gaz

Hydrocarbures : le renouveau de OiLibya

Station OiLibya à Niamey (Niger). © Sunday Alamba/AP/SIPA

OilLibya veut renouveler son image sur le continent et se positionner comme l’un des principaux acteurs panafricains du secteur des hydrocarbures. Pour marquer le coup, l’entreprise libyenne, qui vient de se rebaptiser OLA Energy, arbore également une nouvelle identité visuelle.

L’entreprise pétrolière OiLibya amorce un virage stratégique dans son développement. Le groupe appartenant à la Libyan Investment Authority, le fonds souverain libyen, a annoncé le 11 octobre son intention d’engager des investissements de plusieurs centaines de millions d’euros sur le continent au cours des deux prochaines années.

Pour éviter d’étouffer sa trésorerie, le groupe va revoir progressivement l’apparence des 1 200 stations-service de son réseau de distribution, implantées dans 17 pays du continent. Selon Ibrahim Bugaighis, directeur général de Libya Oil Holdings Ltd, la société propriétaire du Groupe OLA Energy, il faudra attendre la fin de l’année prochaine pour que l’ensemble du réseau arbore les nouvelles couleurs de la marque.

Dans un premier temps, la nouvelle identité visuelle sera déployée dans quelques points de vente à travers huit pays et zones du réseau : le Cameroun, la Côte d’Ivoire, l’Égypte, le Kenya, le Maroc, la Réunion, le Sénégal et la Tunisie.

Premières cibles : Côte d’Ivoire, Cameroun et Sénégal

« Ce changement d’identité visuelle est l’un des outils qui devront nous permettre d’asseoir notre stratégie d’expansion et notamment pour gagner davantage de parts de marché dans les régions où nous ne sommes pas les plus gros », explique Ibrahim Bugaighis à Jeune Afrique.

Si le groupe se targue d’avoir environ le cinquième du marché des hydrocarbures dans des pays comme la Tunisie, le Gabon, l’île de La Réunion ou encore l’Éthiopie, il reste encore beaucoup à faire ailleurs. Principales cibles : les marchés de la Côte d’Ivoire, du Cameroun et du Sénégal. « Notre ambition c’est d’atteindre un niveau de part de marché d’au moins 15 % dans chacun des pays du continent où nous sommes présents », précise le patron du groupe.

Stockage et logistique

Ce dernier, qui a annoncé ces changements depuis le Maroc, nourrit de grandes ambitions pour son groupe au royaume chérifien, où sa part de marché n’a jamais dépassé les 10 %. L’entreprise s’apprête à ouvrir une usine de lubrifiants à Casablanca et devrait commencer la construction dans les prochaines semaines d’un dépôt de stockage à Jorf Lasfar.

« Nous sommes actuellement dans la dernière étape pour le choix de la société qui construira le silo d’une capacité de 100 000 m3. Cet investissement répondra aux obligations des autorités selon lesquelles les opérateurs doivent avoir un stock de sécurité pour l’approvisionnement du pays », précise Ibrahim Bugaighis.

En plus de celui-ci, plus de 50 autres dépôts de stockage verront le jour à travers le continent dans les années à venir, en plus de huit nouvelles usines de lubrifiant. Le groupe réfléchit aussi à la création d’une structure logistique pour renforcer son indépendance et pourquoi pas aller chercher de nouvelles opportunités, voire d’approvisionner ses concurrents.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte