BTP & Infrastructures

Côte d’Ivoire : Eiffage va construire le barrage de Singrobo-Ahouaty pour 110 millions d’euros

Le projet du futur barrage de Singrobo, en Côte d'Ivoire, a été confié à Eiffage. © DR / Eiffage

Le groupe français s'est vu confier la construction du barrage de Singrobo-Ahouaty, pour un montant de 110 millions d'euros. Un deuxième projet d'ampleur pour le géant du BTP en Côte d'Ivoire, après la réfection du pont Félix Houphouët-Boigny d'Abidjan.

C’est un nouveau contrat de taille qu’Eiffage vient de décrocher en Côte d’Ivoire. Le groupe français de BTP a remporté l’appel d’offre d’Ivoire Hydro Energy pour la construction du barrage de Singrobo-Ahouaty, situé sur le fleuve Bandama, entre Abidjan et Yamoussoukro. Le montant total du contrat de conception-construction clé en main de ce projet s’élève à 110 millions d’euros. Eiffage aura trois ans pour réaliser l’infrastructure à compter du premier semestre 2019.

Un projet développé par le privé

Le projet avait bénéficié d’un prêt de 50 millions d’euros du guichet privé de la Banque africaine de développement (BAD) en novembre 2017. Ce barrage d’une capacité de 44 mégawatts est développé par la société Ivoire Hydro Energy, dirigée par Ekolan Alain Etty, ancien directeur général adjoint (1999-2005) de la Compagnie ivoirienne d’électricité (CIE). Son coût total atteint 140 millions d’euros, auxquels viennent s’ajouter 19,5 millions d’euros au titre de l’impact environnemental et social.

Figurent par les partenaires du projet, au coté de la BAD, la Banque ouest africaine de développement (BOAD), le Fonds OPEP pour le développement international (OFID), et la Société allemande d’investissement et de développement (DEG). Africa Finance Corporation (AFC) et la Banque de développement des Pays-Bas (FMO) sont également associés à la construction du barrage.

Eiffage s’était vu confier en novembre 2017 la réhabilitation du pont Félix Houphouët-Boigny, pour un montant de 32,7 millions d’euros, dans le cadre d’un projet de 52,5 millions d’euros financé par l’Agence française de développement.

L’Afrique, au cœur de l’internationalisation d’Eiffage

« L’Afrique est redevenue pour nous depuis 2011 un des principaux axes identifiés pour augmenter notre internationalisation. Depuis quatre-vingt-dix ans, nous n’étions présents qu’au Sénégal et ne menions dans le reste du continent que quelques opérations épisodiques. Aujourd’hui, Eiffage Infrastructures s’est redéployé dans une dizaine de pays africains », expliquait à Jeune Afrique Edgar Coulomb d’Eiffage en 2017.

Selon Les Échos, en 2016, sur les 20 % du chiffre d’affaires d’Eiffage (14 milliards d’euros) réalisés hors de France, la part de l’Afrique restait limitée, à 160 millions d’euros. Très présent au Sénégal, les recettes de sa filiale dans le pays s’élevaient à 72 millions d’euros en 2017.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte