Diplomatie

Michaëlle Jean : « La Francophonie n’est pas une Alliance française »

La secrétaire générale de la Francophonie Michaëlle Jean au siège de l'organisation à Paris le 1er octobre 2018. © Bruno Levy pour JA

Fière de son bilan, attachée à une Francophonie politique, porteuse de « valeurs universelles », la Canadienne fourbit ses armes à la veille du sommet de l'OIF, à Erevan. Non sans égratigner au passage l'« inélégance » du président français Emmanuel Macron et le « relativisme » de sa rivale, la Rwandaise Louise Mushikiwabo.

Depuis cinq mois, la secrétaire générale de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) encaisse les coups sans élever la voix. Il y a d’abord eu, en mai, le soutien public du président français Emmanuel Macron à la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, qui entend lui ravir son poste. Puis, en juin, l’appui de l’Union africaine (UA) à la candidature rwandaise.

Malgré tout, l’ancienne gouverneure générale du Canada reste convaincue de pouvoir arracher un second mandat dans le huis-clos des chefs d’État lors du sommet de la Francophonie, à Erevan, le 12 octobre prochain. À une semaine de cette échéance, elle met les choses au point pour Jeune Afrique.

Jeune Afrique : Comment réagissez-vous au fait que Louise Mushikiwabo soit présentée comme favorite ?

Michaëlle Jean : Je lis ça dans la presse, c’est tout. Je suis trop occupée par les dossiers que je porte, à la veille de ce sommet.

Mon bilan est appréciable et apprécié. C’est cela ma campagne

Seuls le Canada et Haïti ont exprimé publiquement leur soutien à votre candidature alors que Louise Mushikiwabo a accumulé les soutiens. Est-ce que cela vous inquiète ?

Je suis la secrétaire générale de la Francophonie. Je rentre des États-Unis, où s’est tenue l’Assemblée générale de l’ONU. J’ai participé aux réunions de haut niveau sur la Centrafrique, le Mali et le Sahel… De mon côté, je travaille.


>>> À LIRE – Francophonie : Louise Mushikiwabo et Michaëlle Jean, deux stratégies pour un seul fauteuil


Voulez-vous dire que vous n’avez pas l’opportunité de faire campagne ?

Je suis à la fin de mon premier mandat. J’en sollicite un second. Je vais présenter mon bilan. Il est appréciable et apprécié. C’est cela ma campagne.

Si l’on devait retenir une seule chose de ces quatre années, laquelle serait-elle ?

Dès 2014, j’ai senti que notre plus grand défi serait sécuritaire. Les journalistes disaient : « Que vient faire la question sécuritaire en Francophonie ? » Je leur répondais : « Savez-vous seulement dans quel monde nous vivons ? »

Ma feuille de route était très ambitieuse. On y trouvait les questions de développement, avec la stratégie économique et numérique. Mais sans paix et sans sécurité, le développement est mis à mal. J’ai cherché à ce que les actions de terrain aient un impact, avec la création d’emploi via le soutien à l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes.

Nous avons touché treize pays d’Afrique et de l’océan Indien, 20 000 jeunes et femmes. C’est autant de candidats de moins à la migration, à la radicalisation et à l’embrigadement.

Et en trois ans, j’ai déployé plus d’une centaine de missions d’accompagnement de ces processus électoraux et une cinquantaine de missions de médiations.

Francois Grivelet pour JA

De laquelle de ces missions êtes vous la plus fière ?

La plus éloquente, c’est probablement la toute dernière, au Mali. Nous avons déployé nos équipes en amont de la présidentielle, comme nous le faisons maintenant systématiquement, avec un appui technique à la constitution du fichier électoral, puis à son audit. Lorsqu’il y a eu une polémique, suite à la publication d’un autre fichier sur Internet, nous avons tout de suite réagi. Nous avons identifié le problème technique qui s’était présenté.


>>> À LIRE – Présidentielle au Mali : « L’observation internationale n’est pas la certification des résultats »


L’opposition malienne a tout de même protesté contre le fait que le fichier électoral utilisé n’était pas le bon

Ce qui est important, c’est que nos équipes d’experts, avec les autorités maliennes et de manière inclusive, ont pu trouver la nature du problème.

Dans une interview, Louise Mushikiwabo affirmait : « Si je suis élue, l’OIF sera gérée de manière transparente ». Que répondez-vous ?

L’OIF dispose d’outils conformes aux standards internationaux pour garantir la transparence. Ses comptes sont transmis de manière régulière et un audit externe est réalisé par la Cour des comptes du Maroc.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte