Chiffres

Tunisie : les paradoxes du marché de l’emploi

Par  | 

Plus de 107 000 postes restent vacants dans les entreprises tunisiennes, alors même que le taux de chômage s'élève à plus de 15 %, selon le dernier rapport national sur l'emploi de l'Institut arabe des chefs d'entreprises.

Quelque 107 000 postes sont toujours à pourvoir dans les entreprises tunisiennes, soit 30 000 de plus qu’en 2017. Le dernier rapport de l’Institut arabe des chefs d’entreprises (IACE), publié jeudi 27 septembre, a de quoi déconcerter, quand on sait que le taux de chômage national dépasse toujours les 15 %. Parmi les plus touchés, les diplômés représentent encore un tiers des sans-emploi.

Dans le top 3 des professions les plus affectées : les cadres de direction (21 474 postes vacants), les métiers de l’artisanat, de l’imprimerie et de l’industrie (17 024), les attachés commerciaux et représentants technico-commerciaux (15 563).

« Les activités de terrain, comme par exemple le travail d’agent commercial, attirent de moins en moins de jeunes, car elles sont chronophages et demandent une personnalité adaptée au contact avec le client »,  justifie Majdi Hassen, directeur exécutif de l’IACE.

Un salaire 2,5 fois supérieur à l’étranger

Les ingénieurs en Technologies de l’information et de la communication (TIC) sont aussi concernés, avec 12 553 postes vacants, d’après le rapport. Ce n’est pourtant pas faute de professionnels qualifiés. La fuite des cerveaux, accentuée ces deux dernières années, est mise en cause. Elle s’expliquerait par une demande croissante dans le secteur, en Europe et ailleurs.


>>> À LIRE – Tunisie : la fuite des cerveaux s’accélère


Ces estimations corroborent celles de l’Ordre des ingénieurs tunisiens (OIT), qui estime que 10 000 diplômés du secteur (formés en Tunisie) ont quitté le pays ces trois dernières années, principalement pour la France, l’Allemagne ou le Canada. La question du salaire joue beaucoup : Majdi Hassen estime qu’ils y touchent « au minimum » deux fois et demi la rémunération tunisienne.

Une souveraineté compromise ?

« Ça leur parait énorme, même si c’est finalement bas par rapport au niveau de vie », souligne Abdessattar Hosni. Le secrétaire général de l’OIT explique qu’outre les partenariats avec les écoles, les entreprises étrangères viennent très régulièrement recruter les diplômés directement en Tunisie, via des bureaux de liaison.

Si nous n’avons personne pour faire face à la demande, nous ne pourrons pas nous adapter aux nouvelles technologies

« Nous frôlons la catastrophe, alors que tout s’informatise dans l’administration, la finance, etc. Si nous n’avons pas d’hommes et de femmes pour faire face à la demande, nous ne pourrons pas nous adapter à ces technologies et nous risquons de compromettre notre souveraineté », poursuit le responsable de l’Ordre des ingénieurs. Il regrette que « les autorités n’aient pas pris conscience de ce phénomène, ou ne l’aient pas traité de manière prioritaire ».

Inadéquation formation/demande

Du côté des entreprises, on regrette le manque de « soft skills », soit les qualités humaines et relationnelles qui comptent parfois autant que le diplôme, mais aussi de compétences dans les langues et en informatique.

Les Tunisiens ont beau être nombreux à parler à la fois l’arabe et le français, cela ne suffit pas. « Entre parler une langue et la maîtriser, il y a une différence », souligne le responsable de l’IACE. Le niveau d’anglais des diplômés laisserait aussi parfois à désirer. Or, les entreprises qui font de la croissance travaillent principalement sur les marchés étrangers. Le système d’enseignement est donc aussi en cause.


>>> À LIRE – En Tunisie, un « système éducatif à plusieurs vitesses »


Dans le domaine de l’emploi, la Tunisie n’est pas à un paradoxe près. « Il existe un énorme écart entre la formation et les besoins », rappelle l’économiste Mongi Boughzala.

Alors que le droit au travail et à la dignité faisaient partie des revendications de la révolution, aucun mécanisme efficace ne permettrait à ce jour de rapprocher les structures de formation de la demande. D’après l’IACE, seules 40 % des entreprises déclarent leurs besoins aux bureaux d’emploi – qui restent pourtant les principaux canaux de recrutement.

Des réformes qui se font attendre

Dans ces conditions, difficile de mener les réformes appropriées. « Quand on ne connaît pas les besoins réels des entreprises, comment voulez-vous être en mesure de former des jeunes de manière adéquate ? C’est du tâtonnement. Les idées globales ne suffisent pas à guider la planification », regrette encore le chercheur. Et d’ajouter : « Avant 2010, on s’en moquait, pourvu que les étudiants ne fassent pas trop de grabuge. Depuis 2011, il y a eu de petites tentatives, mais les gouvernements n’étaient pas assez stables. Or, d’un point de vue rationnel, ça aurait dû être une priorité. »

Les universités ne peuvent plus juste répondre aux besoins des entreprises qui se trouvent à 500 kilomètres

Enfin, l’IACE souligne que l’indice d’ouverture des universités, c’est-à-dire leur adaptation aux réalités de leur environnement, est en baisse. « Elles ne peuvent plus juste répondre aux besoins des entreprises qui se trouvent à 500 kilomètres. Elles doivent entretenir une relation de proximité avec leur territoire », estime Majdi Hassen.

Les meilleures universités se trouvent toujours dans les grandes villes. Dans de nombreuses régions en attente de développement, les écarts continuent donc de se creuser aussi via la formation. Une refonte du système paraît d’autant plus urgente que les résultats prendraient sans doute une génération pour se faire sentir.

Recevez les meilleures opportunités

Les opportunités du moment

International

| Institutions-ONG

logo wb

          Accountability Mechanism Secretary

  The WBG is one of the largest sources of funding and knowledge for developing countries; a unique global partnership of five institutions dedicated to ending extreme poverty, increasing shared prosperity and promoting sustainable development. With 189 member countries and more than 120 offices worldwide, we work with public and private sector partners, investing in ground-breaking projects and using data, research, and technology to develop solutions to the most urgent global challenges. For more information, visit www.worldbank.org On March 5, 2020, the Board of Executive Directors at The World Bank approved measures to enhance the World Bank’s accountability system by establishing a new independent Accountability Mechanism (‘AM’) housing the dispute resolution and compliance functions while preserving the Inspection Panel members’ independence. The approved measures led to the creation of the Accountability Mechanism Secretary position. This is a vital position within The World Bank, that requires potential candidates to have:
  • Strong knowledge in the areas of dispute resolution, arbitration and/or accountability, within similar or related organisations with a strong focus on Environmental & Social issues.
  • A deep understanding of the development sector and related challenges, with an ability to navigate complex organisations and systems.
  • A proven record as a strong leader in the accountability arena, with gravitas and change management experience.
  • A pragmatic, unbiased and independent thinker with a diplomatic approach, capable of engaging with a wide range of stakeholders.
  • Strong relationship management and soft skills
The AM Secretary will be responsible for planning and overseeing the processes of the Accountability Mechanism in line with agreed procedures. S/he will also oversee the Dispute Resolution Service (DRS). All staff of the Accountability Mechanism will report to the Accountability Mechanism Secretary with the exception of the Inspection Panel (‘IPN’) members. IPN staff will report to the AM Secretary on administrative matters but will continue to report to the IPN members on technical matters. The administrative functions of the Panel will be transferred to the AM Secretary. The AM Secretary will work with the IPN to prepare and submit the AM annual budget proposal for Board’s consideration. The AM Secretary will be appointed by and report directly to the Board.  The World Bank is recruiting an AM Secretary to implement the Board-approved measures, which are expected to be effective before the end of 2020 as agreed by the Board. Duties and Responsibilities: As head of the Accountability Mechanism, the AM Secretary is expected to:
  • Provide thought leadership and direction to the Accountability Mechanism team. S/he will establish internal operating procedures or guidelines with CODE guidance and oversee the attainment of objectives and goals.
  • Establish and manage the Accountability Mechanism’s work program, budget and staffing.
  • Oversee all administrative matters regarding the Accountability Mechanism, including the Dispute Resolution Service and the Inspection Panel. S/he will consult with the Panel Chair on matters related to compliance, including the appointment and performance reviews of the Inspection Panel staff as well as the allocation and oversight of the Panel budget.
  • Prepare and submit annual itemized budgetary requirements for the AM Secretary office, the Inspection Panel and the Dispute Resolution Service for consideration by the Board’s Committee on Development Effectiveness and Budget Committee and approval by the Board. For the Inspection Panel’s budget s/he will consult with the Panel Chair.
  • Oversee record keeping across the entire Accountability Mechanism.
  • Consult with the Board and the Legal Vice Presidency as appropriate, regarding questions on the interpretation of policies as applicable to the role of the Accountability Mechanism and the Dispute Resolution Service, if needed.
  • Meet with the Executive Directors to inform them about the activities of the Accountability Mechanism and the Dispute Resolution Service, as needed. Produces reports for the Board, as needed.
  • Hire front office and Dispute Resolution Service staff and consultants as needed in accordance with World Bank policies and procedures within the available budget. Hire Inspection Panel staff in consultation with the Panel Chair.
  • Take accountability for gathering, managing and disseminating best practices and knowledge with his/her team to promote effective teamwork and delivery of services.
  • Mentor and conduct regular check-ins as well as annual performance reviews for the staff. Ensure staff have the required skills and up-to-date training. The performance review of the compliance staff will be conducted in coordination with the Panel Chair.
  • Approve front office and Dispute Resolution Service staff work programs and administrative matters, including leave requests, mission travel, and business-related expenses.
  • Intervene and resolve any issues arising from the interaction and synergies between the Accountability Mechanism, dispute resolution and compliance staff in their respective areas of responsibilities.
  • Oversee the compilation of a pool of qualified, independent mediators with varying backgrounds and expertise.
  • Review and monitor the status of all Dispute Resolution Service cases, ensuring time frames are met, ensuring quality control and the integrity of the Accountability Mechanism process.
  • Ensure the integrity and quality of the reports, except for those related to compliance investigations handled by the Panel, issued by the Accountability Mechanism.
  • Ensure adherence by the entire Accountability Mechanism to pertinent administrative and personnel rules and the adoption of proper workplace practices and behaviours.
  • Lead in representing the Accountability Mechanism at public events, including internal events and workshops explaining the work of the mechanism to relevant stakeholders.
  • Ensure maintenance and updating of the Accountability Mechanism website, inclusive of the public registry, as well as maintenance of an archive system.
  • World Bank Group-wide managerial competencies include: (i) leading the team for impact; (ii) courage of your convictions; (iii) influencing across boundaries; (iv) fostering openness to new ideas; and (v) building talent for the future.
  Qualifications and Experience Education
  • Must have an advanced degree (master’s or equivalent) in a relevant discipline (e.g., law, governance, public administration, business administration, sociology, anthropology, economics, environmental studies, international relations, or other fields relevant to international development).
Experience
  • A successful candidate will have between 15-20 years of relevant experience in positions of increasing complexity and responsibility.
  • Proven leadership and management skills, including the management of human and financial resources.
  • Demonstrated track record of leading and managing change, stakeholder engagement and relationship management. The successful candidate needs to successfully navigate the organization, build strong relationships, manage conflicts, and work collaboratively with internal and external clients.
  • Understanding of and experience in international development and multilateral financial institutions required.
  • Knowledge of and experience with other independent accountability mechanisms is valuable.
  • Demonstrated integrity and independence. Ability to deal objectively, impartially, and efficiently with the requests brought to the Accountability Mechanism.
  • Demonstrated results orientation. Proven ability to formulate objectives, set priorities, identify and optimize the use of resources, and drive results.
  • Excellent interpersonal skills and proven team- and consensus-building ability required. Ability to work and incorporate diverse views from stakeholders.
  • Understanding and experience of dispute resolution practices, including mediation, dialogue, assisted negotiation, and collaborative, consultative and participatory processes.
  • Exposure to diverse cultures and experience of working with /in developing countries is desirable.
Terms of Appointment: This is a full-time position with the successful candidate being contracted for a term of five-years. How to apply: If you wish to be considered for this position, please forward a copy of your CV in Microsoft Word format, along with any relevant documentation to worldbank-AMS@sri-executive.com on or before November 6th, 2020. Please visit the following link- https://www.sri-executive.com/opportunities/ to view the full details.   Poverty has no borders. Neither does excellence. This is why we continually search for qualified individuals with diverse backgrounds from around the globe. We are proud to be an equal opportunity and inclusive employer with a dedicated and committed workforce. Accountability Mechanism Secretary
2020-10-15 14:09:54
full-time
Togo

| Banque-Finance-Assurance
Finalité du poste Assurer un soutien proactif au Président de la Banque en coordonnant et rationalisant le flux de travail administratif de la Présidence. Garantir l’efficacité des activités quotidiennes et anticiper les besoins, en faisant preuve de flexibilité, de rigueur et d’organisation. Missions Principales et Activités : Le Cadre Assistant Executive Bilingue a pour missions principales et activités : D’assurer la gestion de l‘agenda et de la communication du Président Gérer l’Agenda et les communications du Président De participer au traitement et à la production des documents du Président Assurer la gestion et le suivi des flux de documents Produire et assurer le traitement des documents produits par le Président Autres activités Gérer le stock de fournitures et les équipements de bureau de la Présidence Qualifications et profil du poste :
  • Être titulaire d’un diplôme universitaire ou professionnel équivalent au Bac + 5 dans les domaines de la Gestion des Affaires, du Commerce, de l’Administration ou dans une discipline connexe ;
  • Avoir une expérience professionnelle pertinente de cinq (5) ans minimum et pratique dans les fonctions d’appui au sein d’une institution internationale avec des compétences linguistiques avérées, une capacité à concevoir et à élaborer des documents à partir de consignes orales ou écrites ;
  • Avoir une très bonne maîtrise du pack office (Word, Excel, PowerPoint) et bureautique ;
  • Être parfaitement bilingue (Anglais /Français).
 Compétences Requises :
  • Avoir des notions de base de gestion opérationnelle de l’entreprise ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de gestion administrative appliquées aux organisations, le développement et l’application des méthodes et outils de planification administrative ;
  • Avoir la maîtrise de la gestion de l’information et des circuits internes de l’information ;
  • Avoir des notions de base sur les systèmes d’informations, la logistique et la sécurité ;
  • Avoir la maîtrise de la conception, la rédaction de documents officiels d’actes de procès-verbaux et de compte rendus de réunion ;
  • Avoir la maîtrise des procédures internes et des formulaires de la BOAD ;
  • Avoir la maîtrise des techniques de Communication et Relations Interpersonnelles ;
  • Avoir la maîtrise de l’Environnement Economique et Bancaire et Financier ;
  • Avoir la maîtrise des méthodologies de résolution de problèmes ;
  • Connaissance de la BOAD ;
  • Organisation personnelle et gestion du temps.
Aptitudes clés :
  • Sens de la confidentialité et discrétion
  • Gestion des priorités
  • Autonomie et attention aux détails
  • Aisance relationnelle
  • Bonne qualité rédactionnelle
  • Réactivité et flexibilité pour apporter le soutien nécessaire à tout moment
 Les personnes intéressées sont invitées à envoyer leur CV, lettre de motivation, copie des diplômes à partir du BAC en indiquant les références du poste à pourvoir à l’adresse : infotg@africsearch.com   Date limite de dépôt des candidatures le 26 Octobre 2020 à 18 H 00 H TU N.B. : Seul(e)s les candidat(e)s présélectionné(e)s seront contacté(e)s par téléphone ou par e-mail. Retrouvez le descriptif du poste sur www.africsearch.com /http://www.boad.org  
Africsearch  
2020-10-12 13:25:31
full-time
Niger

| Institutions-ONG
Le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) est un organe opérationnel des Nations Unies soutenant la mise en oeuvre efficace des projets de ses partenaires dans les domaines humanitaires, de consolidation de la paix et de développement. Conformément à son mandat, l’UNOPS est une ressource centrale des Nations Unies et fournit des services durables en matière de gestion de projets, d’achats et d’infrastructures à un large éventail de gouvernements, de donateurs et d’entités onusiennes. C’est ainsi que le projet « Niger Compact », financé par le Millennium Challenge Corporation (MCC) a été signé récemment. L’UNOPS fournira des services d’assistance technique et de gestion de programmes en intégrant des experts hautement qualifiés et expérimentés au sein du MCA-Niger, l’organisation du GdN responsable de la mise en oeuvre du Compact. C’est dans cette optique que l’UNOPS est à la recherche d’Un·e Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme à un niveau IICA 3/P4 qui travaillera pour le bureau Sous-régional basé à Niamey et rendra compte directement au Chef du PMO Compact. ----------------------------------------------------------------------------------- Titre : Conseiller·ère - Bureau de gestion de programme Niveau : IICA 3 Nombre de position : 1 Lieu d’affectation : Niamey-Niger Date de clôture : 26 octobre 2020 Éducation – Expérience - Langues • Être titulaire d’un diplôme universitaire du second cycle BAC+5 (Master) en gestion de projets, ou en sciences sociales, ou en Économie ou planification ou dans un domaine connexe est nécessaire. • Une combinaison d’un diplôme universitaire du premier cycle BAC+3 (Bachelor) en gestion de projets, sciences sociales, Économie ou planification ou dans un domaine connexe, et de 2 années supplémentaires d’expérience de travail pertinente peut être acceptée au lieu des exigences de scolarité décrites ci-dessus. • Une formation spécialisée en gestion de projet ou en contrôle des coûts est souhaitable. • La certification en MS Project (Managing Projects with Microsoft Project ou équivalent) est souhaitable. • La certification en PRINCE2 Foundation/Practitioner (ou PMP®) est un atout considérable. • Avoir au minimum de 7 années d’expérience en gestion de projet, dans la planification et au contrôle des coûts pour tous les projets du MCA-Niger, qui inclut la déclaration des variations, le suivi des étapes importantes à la préparation des processus de facturation pour les clients, etc est exigé. • Une solide connaissance des outils de planification tels que Microsoft Project et/ou Primavera est essentielle. • Une solide expérience dans la gestion documentaire est essentielle. • Une expérience dans la mise en place de systèmes d’information de gestion des projets (PMIS) tel que MS Power BI est un atout considérable. • Une connaissance des normes ISO en gestion de documents et de l’information (ISO 2709, 10244, 15836, 15489, 21127, 23950, 32000) est hautement souhaitée. • Une connaissance du contrat Fédération internationale des ingénieurs conseils (FIDIC) est un avantage. • Connaissances informatiques notamment Google Suite, MS Sharepoint et maîtrise de l’utilisation de MS Project. • Bonne connaissance des tableurs et feuilles de calculs pour le traitement des données et la production de divers rapports. • Connaissance du processus d’exécution du projet et capacité à fournir des plans et des programmes structurés adaptés à chaque phase. Pour postuler ou avoir plus d’informations, merci de suivre le lien suivant : https://jobs.unops.org/pages/viewvacancy/VADetails.aspx?id=20051 Les candidatures féminines sont fortement encouragées. UNOPS
2020-09-21 09:15:07
full-time
Fermer

Je me connecte