Économie

Sénégal : le FMI appelle à accélérer les réformes structurelles

| Par Jeune Afrique
Macky Sall est le président de la République du Sénégal depuis avril 2012.

Macky Sall est le président de la République du Sénégal depuis avril 2012. © AFP

Le FMI a légèrement baissé ses prévisions de croissance, désormais évaluée à 4,5 % pour cette année contre 4,9 % en avril, mais juge « satisfaisant » le premier semestre 2014 de l’économie sénégalaise. Le FMI appelle en outre le pays à accélerer les réformes structurelles.

Le Fonds monétaire international (FMI) achève une mission d’évaluation, conduite à Dakar du 16 au 26 septembre 2014 par Ali Mansoor. Il s’agissait notamment pour l’équipe du FMI de conduire des entretiens relatifs à la huitième revue de l’accord triennal au titre de l’Instrument de soutien à la politique économique (ISPE), approuvé en décembre 2010.

Au terme de la mission, Ali Mansoor a jugé « satisfaisants » les résultats enregistrés par l’économie sénégalaise au cours du premier semestre 2014. Le FMI note en outre avec satisfaction, la faiblesse de l’inflation et la maîtrise du déficit budgétaire par les autorités qui se sont données en la matière un objectif de 5,1 % du PIB en 2014. Seul bémol, le fonds revoit légèrement à la baisse le taux de croissance du Sénégal, estimé à 4,9 % pour cette année contre 4,5 % prévu en avril. Selon le communiqué du FMI, cette réévaluation s’explique par l’installation tardive de l’hivernage et le ralentissement anticipé de l’activité dans le secteur du tourisme.

Lire aussi : 

Plan Sénégal Émergent : Macky Sall rencontre les bailleurs de fonds à Paris

La BAD prête 27 millions d’euros au Sénégal pour un projet routier

Émergence : qui conseille les pays africains ?

Réformes

Par aileurs le FMI a salué le Plan Sénégal émergent (PSE), une stratégie nationale censée permettre à Dkaar de réaliser une croissance économique d’au moins 7 % à l’horizon 2018 et d’atteindre le statut de pays émergent en 2035.

Ce plan est un « bon diagnostic des forces et des faiblesses du Sénégal », estime le FMI, mais l’institution prévient : la réussite du PSE est conditionnée par l’accélération de réformes structurelles visant à l’amélioration du climat des affaires et de la gouvernance, ainsi que l’approfondissement du secteur financier. Des mesures jugées « essentielles » par le Fonds monétaire.

Les partenaires techniques et financiers du Sénégal se sont engagés en février à Paris à appuyer le PSE à hauteur de 3 700 milliards de F CFA (5,6 milliards d’euros).

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€

Abonné(e) au journal papier ?

Activez votre compte
Fermer

Je me connecte