Dossier

Cet article est issu du dossier «Médias : le marketing digital étend sa toile»

Voir tout le sommaire
Économie

Yanis Ayouch, la com dans le sang

Yanis Ayouch dirige une équipe de huit collaborateurs. DR

Yanis Ayouch dirige une équipe de huit collaborateurs. DR ©

Le jeune directeur de création de l’agence de publicité Schem’s n’a pas froid aux yeux malgré son statuts de « fils de ».

Il a tout juste 26 ans. Mais cela fait pourtant déjà plus de deux ans qu’il a rejoint l’agence de publicité Schem’s en tant que directeur de création. À la tête d’une équipe de huit collaborateurs, le jeune homme à la barbe bien fournie et à l’allure timide a signé la dernière campagne panafricaine de l’assureur Saham qui se décline en quatre langues et dans tous les pays où le groupe marocain est présent.

Schem’s figure parmi les agences les plus en vue du Maroc. Elle a été fondée en 1972 par le père de Yanis, Nourredine Ayouch, homme de théâtre et pionnier de la communication dans le royaume. Après des études de cinéma à Paris, puis à New-York, ainsi qu’une première expérience dans la production audiovisuelle au Maroc, Yanis Ayouch a finalement rejoint l’agence familiale. Sa formation cinématographique lui a appris « le langage de l’image et lui a donné le goût de l’écriture », dit-il modestement…

Lire aussi : 

Les 50 qui font le Maroc : Noureddine Ayouch

Qui se cache derrière les comptes Twitter des présidents africains ?

Parcours : Medina Rachel Koné

Celui qui a la confiance de son père et se dit très chanceux de cette situation se moque d’être le « fils de », préférant consacrer toute son énergie à la création : « faire naître une idée est un job à plein temps qui ne souffre aucune frontière entre vie privée et professionnelle », explique Yanis Ayouch.

Conservatisme

Le directeur de création s’efforce d’insuffler cet état d’esprit au sein de l’agence et pousse son équipe à se montrer la plus créative possible. Une quête qui se heurte cependant « au manque d’audace des annonceurs et au conservatisme de la société marocaine », regrette-t-il. Celui qui reconnaît que son jeune âge n’est pas prompt à rassurer les clients travaille d’arrache-pied.

Toujours en veille, il adore les films égyptiens et tunisiens « plein d’humour et d’autodérision » Sur ce sujet, Yanis Ayouch n’a pas dit son dernier mot, et cela même si une de ses premières campagnes – pour le site de petites annonces gratuites en ligne Avito – sélectionné au Lynx Festival de Dubai fut finalement censurée au Maroc.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte