Dossier

Cet article est issu du dossier «Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course»

Voir tout le sommaire
Elections

Présidentielle au Cameroun : le septentrion sera-t-il le juge de paix de l’élection ?

Une femme inscrivant son empreinte digitale sur son vote lors de l'élection présidentielle à Yaoundé, au Cameroun, le 9 octobre 2011. © Sunday Alamba/AP/SIPA

Avec plus de deux millions d’électeurs potentiels, les régions de l’Adamaoua, du Nord et de l’Extrême-Nord sont au cœur des stratégies et des convoitises des candidats à la présidentielle du 7 octobre. Chronique d’une campagne où chacun espère se montrer plus « nordiste » que le concurrent.

En 35 ans de règne, Paul Biya a appris à se faire rare. Samedi 29 septembre, il tiendra son premier (et seul ?) meeting dans le cadre de la campagne pour la présidentielle, à Maroua, chef-lieu de la région de l’Extrême-Nord. Candidat à sa propre succession, le chef de l’État y vantera son bilan, ses réalisations et y martèlera son slogan : « La force de l’expérience ». Difficile en effet de trouver plus expérimenté.

Pourquoi Maroua ? Paul Biya est en enfant du Sud, né à Mvomeka’a. Il n’a pourtant choisi ni Sangmélima, à une cinquantaine de kilomètres de son lieu de naissance, ni Ebolowa, la capitale régionale, ni même Yaoundé, siège de son pouvoir depuis tant d’années. Pour lancer sa campagne, le président a préféré l’Extrême-Nord. Tout sauf un hasard.

Biya et ses lieutenants

Alors que le Sud est acquis au président, l’Est est divisé et moins peuplé, tandis que le Nord-Ouest et le Sud-Ouest sont paralysés par la crise anglophone au point que la bonne tenue de la présidentielle y est menacée. Dans l’Ouest, Maurice Kamto semble avoir pris une longueur d’avance, tandis que le Littoral se divise Joshua Osih (Social Democratic Front), Akere Muna (NOW) et Cabral Libii, qui vient d’y faire une démonstration de force à Douala.

Outre le Centre, où une foire d’empoigne s’annonce, c’est donc surtout le septentrion (Nord, Extrême-Nord, Adamaoua), qui reste à conquérir. Or, il représente le plus important réservoir de voix du pays (2,3 millions d’électeurs, sur 6,6 millions d’inscrits). Et chacun veut y faire sa place. Paul Biya, qui y débutera sa campagne, y compte sur ses lieutenants et soutiens pour rassembler ses troupes : Cavayé Yeguié Djibril, président de l’Assemblée nationale et député du Mayo-Sava (Nord), Bello Bouba Maigari, ministre du Tourisme natif du Nord et président de l’Union nationale pour la démocratie et le progrès, et Issa Tchiroma Bakary.

Vous êtes à présent connecté(e) à votre compte Jeune Afrique, mais vous n'êtes pas abonné(e) à Jeune Afrique Digital

Cet article est réservé aux abonnés


Abonnez-vous à partir de 7,99€pour accéder à tous les articles en illimité

Déjà abonné ?

Besoin d'aide

Vos avantages abonné

  1. 1. Accèdez en illimité à l'ensemble des articles sur le site et l'application Jeuneafrique.com (iOs & Android)
  2. 2. Bénéficiez en avant première, 24 heures avant leur parution, de chaque numéro et hors séries Jeune Afrique sur l'application Jeune Afrique Le Magazine (iOS & Android)
  3. 3. Recevez la newsletter économie quotidienne réservée aux abonnés
  4. 4. Profitez de 2 ans d'archives de Jeune Afrique en édition numérique
  5. 5. Abonnement sans engagement de durée avec l'offre mensuelle tacitement renouvelable*

*Service uniquement disponible pour les abonnements à durée libre.

Lire les autres articles du dossier

«Présidentielle au Cameroun : huit candidats dans la course»

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte