Tourisme

Tourisme : Tchad, Mauritanie et Botswana en opération séduction à Paris

Un groupe d'éléphants dans le Delta du Okavango, au Botswana, en 2013. © Charmaine Noronha/AP/SIPA

Au salon du tourisme de Paris, des représentants de destinations africaines méconnues ou délaissées, comme le Tchad, le Botswana ou la Mauritanie, sont venus en France pour courtiser les voyageurs et surfer sur l'appel des grands espaces et de la vie sauvage.

Le continent africain, encore peu fréquenté par les touristes, semble susciter un intérêt grandissant de leur part. « Cette année, ce sont les destinations africaines qui ont eu la plus forte croissance au sein de Voyageurs du Monde », a souligné lors du salon du tourisme de Paris Jean-François Rial, PDG du groupe, qui comprend les marques Terres d’Aventure, Comptoir des Voyages ou encore Allibert Trekking.

En Afrique du Sud, en Tanzanie, en Namibie ou en Éthiopie, c’est « l’envie de grands espaces, de nature et d’animaux sauvages », qui fait venir les touristes, a-t-il précisé, ajoutant qu’il s’agit de « prestations chères mais impeccables » et « souvent de tourisme très haut de gamme ».

Un travail a été fait au Tchad pour plus de stabilité

D’autres destinations africaines n’en sont encore qu’aux balbutiements en termes de tourisme. C’est le cas du Tchad, qui participait pour la première fois au salon professionnel Top Resa de Paris, qui s’est clôturé le 28 septembre. « Nous voulons changer l’image du Tchad, un travail a été fait dans la région pour plus de stabilité », a affirmé Madeleine Alingué, la ministre du Développement touristique, de la Culture et de l’Artisanat. Son pays s’est ainsi lancé dans « un travail initiatique, de reconnaissance et de localisation » du Tchad auprès du public, a-t-elle reconnu.


>>> À LIRE – Congrès : le tourisme d’affaires, un business en expansion


Le Tchad, qui traverse une crise économique, reste néanmoins associé aux attaques menées par des groupes jihadistes, dont Boko Haram, qui opèrent au Sahel.

Lacs, massifs, parcs et randonnées

L’instauration d’une quatrième République, en mai, par le président tchadien Idriss Déby Itno, a suscité une « nouvelle dynamique », a indiqué la ministre. « Nous voulons nous ouvrir au tourisme d’aventure, donner de la visibilité à nos sites inscrits au patrimoine de l’Unesco [les lacs d’Ounianga, le massif de l’Ennedi ou les impressionnantes falaises sculptées, ndlr]. Parcs nationaux, faune et flore : nous avons tout un potentiel à valoriser », a-t-elle ajouté, rappelant que c’est par ailleurs au Tchad qu’a été découvert Toumaï, le crâne d’hominidé considéré par certains scientifiques comme le premier représentant de la lignée humaine.

La Mauritanie, quant à elle, fait son retour au salon cette année, après une absence de près de dix ans. En effet, au printemps 2017, le quai d’Orsay a allégé ses restrictions de voyage pour plusieurs zones du pays, classées en « rouge » depuis des années en raison des menaces terroristes.

Un touriste fait vivre une famille entière pendant toute une saison

Aujourd’hui, 22 tour-opérateurs français proposent de nouveau la destination dans leurs brochures. « Nous avons du littoral, du fluvial, du désert et de la savane, c’est idéal pour des randonnées, du trekking, du bivouac et pour découvrir la vie nomade », a indiqué Mohamed Mahmoud Ba ould Ne, directeur général de l’office national du tourisme mauritanien, insistant sur « la stabilité sécuritaire » et un tourisme « intelligent », avec « un impact direct sur la vie des gens, des villages ». « On dit qu’un touriste qui fait une randonnée fait vivre une famille entière pendant toute une saison », a-t-il ajouté.


>>> À LIRE – Cinq mesures pour dynamiser le tourisme en Afrique de l’Ouest


Au Bostwana, seulement quelques milliers de touristes français sont recensés chaque année, très loin derrière les Américains et Britanniques. « Nous voulons mieux nous faire connaître », a indiqué Dawn Wilson, responsable marketing international de l’office du tourisme botswanais.

Gaborone, qui a misé sur le tourisme haut de gamme, a dédié 38 % de son territoire aux réserves et parcs nationaux, et concentre notamment près de la moitié de la population mondiale d’éléphants de savane.

Airbnb à l’assaut du continent

La société Airbnb indique également connaître une croissance rapide sur le continent africain. « Au cours des dernières années, des destinations à travers l’Afrique ont émergé pour compter parmi les destinations les plus dynamiques au monde », a souligné la plateforme de location entre particuliers au cours d’une conférence organisée mi-septembre au Cap, en Afrique du sud. L’entreprise indique avoir enregistré « à ce jour plus de 3,5 millions d’arrivées de voyageurs sur Airbnb à travers l’Afrique, dont environ la moitié au cours des douze derniers mois uniquement. »

Parmi les huit pays qui connaissent la croissance la plus rapide au monde en nombre de voyageurs via Airbnb, « trois sont situés en Afrique : le Nigeria, le Ghana et le Mozambique. »

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte