Start-up

Start-up de la semaine : Tech Care For All lève 2 millions d’euros pour développer les technologies de l’e-santé

Emmanuel Blin, le directeur général. © Tech Care For All

Fondée en Belgique par un ancien du laboratoire pharmaceutique américain Bristol-Myers Squibb, Emmanuel Blin, la jeune pousse lancera le 4 octobre à Dakar ses activités en Afrique de l'Ouest.

Jusqu’à l’année dernière, Emmanuel Blin pilotait la stratégie du groupe américain Bristol-Myers Squibb. Il était donc aux premières loges pour assister à l’émergence et au développement d’outils numériques au service de la santé. « Au gré de mes déplacements, je me suis rendu compte que ces technologies étaient disproportionnellement utiles et intéressantes en fonction du niveau de développement des États, avec des gadgets au Nord, et au Sud des outils capables de pallier de vrais problèmes, au premier rang desquels le manque de médecins et de professionnels de santé formés », relate-t-il le 25 septembre, en marge des Rencontres Africa qui se sont tenues à Paris.


>>> À LIRE : Infographie : cinq choses à savoir sur la santé en Afrique


En quittant son poste en 2017, il veut donc se lancer dans ce secteur de la santé digitale en Afrique, en Asie du Sud-Est et en Inde, et pense d’abord à une fondation. « Les premiers retours sur mon projet n’ont pas été positifs sur ce point : je viens du monde des affaires, et on m’a conseillé d’y rester, car il y a les besoins et le marché », explique-t-il, désormais convaincu que pour qu’un projet de l’économie sociale et solidaire fonctionne, il doit être rentable.

Mise à l’échelle

C’est donc sous la forme d’une entreprise au Tech Care For All (TC4A) voit le jour en novembre 2017. Quelques mois plus tard – en avril 2018  – l’équipe est constituée. « Je me suis entouré de sept personnes, dont une seule informaticienne : il ne s’agit pas pour TC4A de faire du développement de technologies, car beaucoup de choses existent déjà. Ce qu’il faut, c’est les localiser, acquérir les droits de leurs outils et permettre qu’ils soient opérationnels à grande échelle », explique le directeur général de la start-up, qui s’est également appuyé sur la société de conseil française Kea & Partners.

Trois points l’intéressent particulièrement : la télémédecine, la formation et la capture de données. « Ce dernier point est crucial car les acteurs, notamment les gouvernants, voient les investissements dans le domaine de la santé d’abord comme des coûts : on ne leur dit jamais combien ils ont économisé en misant sur la prévention et la qualité des soins. Il faut mieux mettre en avant les conséquences de ces investissements pour démontrer leur intérêt », argue-t-il.

En octobre à Dakar, en décembre à Nairobi

Outre son réseau, Emmanuel Blin explique avoir mis « beaucoup d’argent personnel » dans cette aventure. Mais il a aussi pu compter sur des partenaires : après une première levée de 150 000 euros en août, son deuxième tour de table, bouclé le 21 septembre, a permis de mobiliser plus de 2 millions d’euros auprès d’investisseurs privés et institutionnels américains et européens, notamment du fonds d’impact Kois Invest.

De quoi lui permettre de procéder à son lancement à grande échelle : en Inde le 27 septembre et à Dakar le 4 octobre pour ses activités ouest-africaines. Ces dernières s’appuieront sur la SSII sénégalaise Neurotech, bien implantée dans la sous-région. « Je crois dans le local », martèle Emmanuel Blin, qui est de même en train de finaliser ses contrats avec deux entreprises est-africaines (dont il tait le nom) en vue de son lancement à Nairobi prévu pour décembre. S’il assure regarder aussi l’Afrique centrale, son projet reste néanmoins à préciser.

Pour rentabiliser le tout, le fondateur de la start-up – qu’il détient à 15 %, aux côtés de family offices et de privés – a imaginé deux modèles : la vente de ses plateformes à des groupements institutionnels ou le partenariat avec des groupes privés. « Mais nos partenaires sont des investisseurs sociaux, donc patients », assure le chef d’entreprise qui se dit prêt à prendre le temps – « au moins deux ou trois ans » – de trouver le modèle économique le plus crédible.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte