Banque

Nigeria : la banque centrale nationalise Skye Bank et lui retire sa licence bancaire

Une vue d'Abuja. © Gwenn Dubourthoumieu pour JA

La Banque centrale du Nigeria a décidé de la nationalisation temporaire de Skye Bank, en proie à des difficultés financières depuis 2014, et a créé une banque relais sous contrôle public pour reprendre ses actifs. Coût de l'opération : 2,2 milliards d'euros.

Le 21 septembre 2018, la Banque centrale du Nigeria (CBN) a nationalisé Skye Bank après lui avoir retiré sa licence bancaire, annonce-t-elle dans un communiqué. La CBN a « créé une banque relais, Polaris Bank, pour prendre en charge l’actif et le passif de Skye Bank ». « Par cette décision, le permis de la défunte Skye Bank est révoqué » précise la communication. Le cours des actions de Skye Bank a été suspendu le 24 septembre à la bourse de Lagos, le Nigerian Stock Exchange.

En plaçant Skye Bank sous le contrôle de la structure publique de défaisance Assets Management Corporation of Nigeria (Amcon) – la « banque-poubelle » publique nigériane, qui rachète des actifs présentant un risque pour la stabilité économique du pays –, l’objectif de la CBN est de recapitaliser l’établissement, avant de chercher des investisseurs privés souhaitant le reprendre. Au total, Amcon a injecté plus de 2,57 milliards de dollars (2,18 milliards d’euros) dans Polaris, qu’elle possède à 100 %, d’après Ecobank.

Manque de liquidités

Le 4 juillet 2016, la Banque centrale du Nigeria avait remplacé le président du conseil d’administration et le directeur général de Skye Bank. L’autorité de régulation justifiait alors cette décision en raison de défaillances en matière de gouvernance et de l’incapacité chronique de la banque à respecter les exigences minimales de fonds propres, alors que l’établissement de crédit était abonné à son guichet de prêt d’urgence.

Si la performance de la banque s’est améliorée depuis juillet 2016, un audit des autorités révèle que Skye Bank nécessite une recapitalisation urgente car « elle ne peut plus de continuer de vivre en sursis, avec un soutien illimité de la CBN en termes de liquidités », selon un communiqué de l’autorité de régulation. « Les actionnaires de la banque ont été incapable de la recapitaliser » souligne la banque centrale.

D’après les derniers chiffres disponibles (2015), le ratio d’adéquation des fonds propres de la banque s’élevait à 11,9 alors que la CBN fixe le seuil minium à 15 %.

Une intervention saluée par Moody’s

Selon la banque centrale, cette intervention va permettre de garantir la sécurité des dépôts et de préserver l’emploi au sein de Skye Bank. Pour l’agence de notation Moody’s, « ce changement est positif en termes de crédit, car il permettra de contenir les risques systémiques pour le système bancaire dans son ensemble ». La banque n’a pas encore publié ses comptes 2016 après avoir annoncé une perte de 37,65 milliards de nairas (87,5 millions d’euros) en 2015.

Les difficultés de Skye Bank, qui est née de la fusion de quatre banques rivales en 2006, ont débutée en 2014. Cette année-là, elle a racheté l’une de ses concurrentes, Mainstreet Bank, grâce à des financements de court terme, avant d’échouer à lever de nouveaux fonds. La baisse des cours pétroliers est ensuite venue compliquer les choses, provoquant le recul des investissements étrangers. Skye Bank, qui était alors en pourparlers avec ses actionnaires et des investisseurs pour mobiliser des capitaux, avait dû se résoudre à suspendre ses plans.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte