Politique

Centrafrique : Le Drian estime qu’il n’y a pas de place pour l’initiative de paix menée par la Russie

Des éléments de la force Sangaris à Bambari, en Centrafrique, le 22 mai 2014 (photo d'illustration). © Jerome Delay/AP/SIPA

Aux yeux du ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, il n'existe « aucune alternative » à l'initiative de paix menée par l'Union africaine en Centrafrique, où Moscou tente d'initier un processus concurrent.

« Il n’y a aucune alternative, ni souhaitable, ni susceptible de réussir », a déclaré Jean-Yves Le Drian lors d’une conférence de presse en marge de l’Assemblée générale des Nations unies. Des déclarations qui interviennent alors que la Russie est de plus en plus présente diplomatiquement et militairement – ainsi que par mercenaires interposés – dans ce pays.

L’ingérence de Moscou

Moscou s’est notamment ingérée dans la complexe médiation avec les groupes armées qui contrôlent la majorité du territoire. Une rencontre sous son égide a notamment été organisée fin août à Khartoum entre différents groupes en parallèle de la médiation officielle menée par l’Union africaine (UA).

De leur côté, les autorités centrafricaines ont déclaré soutenir la médiation de l’UA, qui tente depuis juillet 2017 de faire s’asseoir autour de la table de négociations les groupes armés et le gouvernement.

Une situation sécuritaire « préoccupante »

« L’initiative de paix portée par l’Union africaine pose le seul cadre crédible et approuvé par l’ensemble de la communauté internationale à une sortie de crise durable », a estimé Jean-Yves Le Drian. »Celle-ci passe par le désarmement des groupes armés et la restauration de l’autorité de l’État sur l’ensemble du territoire », a-t-il ajouté en rappelant que « la situation (sécuritaire) rest(ait) préoccupante ».

Début 2018, cinq officiers militaires et 170 instructeurs civils sont arrivés de Russie à Bangui, où ils ont aidé au redéploiement de soldats centrafricains hors de la capitale. Moscou a par ailleurs livré des armes à l’armée nationale après avoir obtenu une exemption à l’embargo de l’ONU.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte