Politique

RDC : au moins 16 morts à Beni dans une attaque attribuée aux rebelles ougandais

Des soldats des FARDC (Forces Armées de la République Démocratique du Congo) assis sur un véhicule militaire lors d’une opération contre des rebelles des Forces Démocratiques Alliées (ADF) à Opira, Nord Kivu, le 25 janvier 2018. © AFP

Au moins 16 personnes ont été tuées samedi soir dans la ville de Beni, dans l'est de la République démocratique du Congo, dans une attaque attribuée au groupe armé des Allied defense force (ADF), ont indiqué dimanche plusieurs témoins.

Un médecin de l’hôpital général de Beni a affirmé à l’AFP avoir vu « 16 morts, dont 12 civils et quatre militaires ou rebelles ». Il fait état de « huit blessés dont cinq civils ».

Des humanitaires étrangers se trouvent depuis début août dans cette ville du Nord-Kivu en raison d’une épidémie de fièvre Ebola.

« L’attaque-surprise s’est déroulée dans les rues de Beni-ville », a poursuivi le médecin.

Selon plusieurs témoignage, l’assaut a commencé à la nuit tombée vers 18h30-19h00 (16h30-17h00 GMT).

Des armes lourdes et légères ont été entendues jusqu’après minuit, d’après le médecin qui n’a pu dire s’il s’agissait des assaillants ou d’une riposte de l’armée régulière.

L’attaque a visé des quartiers proches du centre de cette ville commerçante de plusieurs centaines de milliers d’habitants, contrairement aux autres qui se déroulent d’habitude dans les quartiers périphériques au nord sur la route de l’aéroport de Mavivi.

« Quatre victimes ont été tuées dans le taxi qui les transportait », a précisé la source médicale.

Une nébuleuse sans leader ni revendication

L’attaque a suscité la colère sur les réseaux sociaux, où certains dénoncent l’impuissance de l’armée congolaise et de la force de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) qui dispose d’une base à l’aéroport.

« Pendant qu’à Kinshasa, très loin du drame de Beni, ça parle tranquillement processus électoral, impuissante, la ville de Beni elle, déplore plus de 12 morts pendant une énième attaque des  »présumés ADF » », s’insurge sur Twitter Enock Nyamwisi, qui se présente comme un militant du groupe citoyen Lutte pour le changement (Lucha).

Plusieurs centaines de civils ont été tués depuis octobre 2014 dans la région de Beni dans des massacres attribués aux ADF.

Les ADF désignent actuellement une mystérieuse nébuleuse vivant en communauté dans les forêts près de Beni, sans afficher de leader ni de revendication.

Historiquement, les ADF sont un groupe d’Ougandais musulmans qui s’est replié à la fin des années 90 dans l’est du Congo pour lutter contre le président Yoweri Museveni.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte