Energie

Hydrocarbures : l’Algérie attribue ses premières concessions d’exploration depuis 2011

| Par Jeune Afrique
En Algérie, les gisements de gaz de schiste sont estimés à 700 milliards de m3. DR

En Algérie, les gisements de gaz de schiste sont estimés à 700 milliards de m3. DR ©

L’Agence nationale de valorisation des hydrocarbures d’Algérie (Alnaft) a attribué seulement quatre concessions parmi les 31 « périmètres d’hydrocarbures » proposés aux investisseurs nationaux et internationaux en janvier dernier. Aucun des périmètres recouvrant du gaz de schiste n’a trouvé preneur.

Des 31 « périmètres d’hydrocarbures » ouverts par les autorités algériennes aux offres des investisseurs au début de l’année, seuls quatre ont été attribués ce mardi 30 septembre rapporte l’agence Reuters. L’espagnol Repsol, en partenariat avec Royal Dutch Shell, a remporté la concession de « Boughezoul » dans le nord du pays, tandis que Shell et le norvégien Statoil ont décroché celle de « Timissit » à l’est.

Un consortium composé de l’italien Enel et du dubaïote Dragon Oil se voit attribué les périmètres de « Tinrhert-Nord » et « Msari Akabli » (le seul site gazier parmi les concessions attribuées cette année). ENI Algérie, qui s’était porté candidat pour le périmètre de « Boughezoul », repart bredouille. La signature des contrats relatifs à ces périmètres est prévue pour le 29 octobre prochain, rapporte l’agence officielle algérienne APS.

>>> Voir aussi – Hydrocarbures : l’Afrique est devenue « un acteur de stature mondiale », selon PwC

Lire aussi :

Économie : les hommes clés du nouveau gouvernement algérien


L’Algérie autorise l’exploitation du gaz de schiste


Algérie : faut-il avoir peur du gaz de schiste ?


L’excédent commercial de l’Algérie s’effondre en 2013

« Résultats acceptables »

Pour Ali Betata, le président de l’Alnaft, il s’agit de « résultats acceptables ».

Ceci bien que ce quatrième appel à la concurrence lancé par cette agence fait proportionnellement moins bien que le précédent – datant de 2011 – à l’issue duquel deux concessions avaient été attribuées sur les dix offertes. Soit un taux de « réussite » de 20 %, supérieur néanmoins aux 13 % de ce nouvel appel d’offres.

Non-conventionnels

Par ailleurs, aucun des 17 périmètres recouvrant du gaz de schiste proposés durant cette appel d’offres n’a trouvé preneur, alors même qu’une nouvelle loi des hydrocarbures mise en place en 2013, accorde des incitations fiscales et contractuelles aux entreprises s’engageant dans l’exploitation d’hydrocarbures non-conventionnels en Algérie.

Un résultat qu’a tenu à relativiser Ali Betata, selon qui l’objectif principal de cet appel à la concurrence était de « développer davantage le domaine minier national ».

>>> Voir également : Algérie : Sonatrach va forer 4 puits d’exploration de gaz de schiste en 2014

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3094_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte