Dossier

Cet article est issu du dossier «Élections en Mauritanie : recomposition politique en cours»

Voir tout le sommaire
Elections

Mauritanie – Ahmed Ould Hamza : « Je ne suis pas sûr qu’Aziz briguera un troisième mandat »

Le chef de l'État mauritanien, Mohamed Ould Abdelaziz, à Paris, en décembre 2012. © Christophe Ena/AP/SIPA

Si son ancien parti, le RFD, a obtenu des résultats décevants aux élections du 1er et du 15 septembre, Ahmed Ould Hamza, ex-président de la Communauté urbaine de Nouakchott, ne croit pas que la victoire du parti de Mohamed Ould Abdelaziz ouvre la voie à un troisième mandat présidentiel.

Ahmed Ould Hamza, ancien président de la Communauté urbaine de Nouakchott, a démissionné avec fracas, il y a trois mois, du Rassemblement des forces démocratiques (RFD), présidé par Ahmed Ould Daddah. Il en contestait la stratégie de boycott électoral et la gouvernance solitaire. Le piètre score du RFD lors des élections législatives (3 députés), régionales et municipales auxquelles il ne s’est pas présenté lui donne raison. Apparenté au président Mohamed Ould Abdelaziz tout comme à l’ennemi juré de celui-ci, le richissime homme d’affaires Mohamed Ould Bouamatou, il a tenté en vain de les rapprocher.


>>> À LIRE – Le match de la semaine : Mohamed Ould Abdelaziz face à Mohamed Ould Bouamatou


Il estime ici que le parti présidentiel a certes gagné, mais plus difficilement que les résultats des élections ne le laissent paraître. Il ne croit pas que ce succès ouvre la porte à un troisième mandat présidentiel, à ce jour inconstitutionnel.

Jeune Afrique : Comment expliquez-vous les résultats décevants de votre ancien parti, le RFD ?

Ahmed Ould Hamza : Après plusieurs boycotts électoraux et le refus de beaucoup de ses militants de participer aux scrutins de ce mois de septembre, il n’était pas préparé et n’a pas présenté de listes dans tout le pays comme il aurait fallu le faire pour avoir des chances de l’emporter.

La majorité a gagné, mais difficilement

Le succès de l’opposition au premier tour n’est-il pas davantage dû au parti islamiste Tawassoul ?

Oui, car il est l’un des partis de l’opposition qui a travaillé sur le terrain depuis cinq ans. Il en avait les moyens. Il était présent sur le plan politique et social. Il a su faire des alliances avec d’autres partis de l’opposition. Mais, au deuxième tour, on a constaté un mauvais report des voix de ses alliés sur ses candidats. Manifestement leurs électeurs ont refusé de voter Tawassoul.

…Ce qui a contribué à une large victoire du camp présidentiel ?

La majorité a gagné, mais difficilement. Par exemple, à Aïoun, malgré l’intervention publique de cinq généraux, elle a perdu. Si le président n’était pas sorti dans tout le pays pour faire campagne, s’il n’avait pas tapé sur la table, beaucoup de candidats indépendants ne se seraient pas retirés. Les risques d’une fuite de l’électorat de la majorité étaient bien réels. À l’évidence, Mohamed Ould Abdelaziz a remonté le score de son parti.

Pour la démocratie, il serait souhaitable qu’un civil succède au président

La victoire de la majorité sortante annonce-t-elle une révision constitutionnelle autorisant le président à se présenter une troisième fois ?

Beaucoup le pensent. Je n’en suis pas sûr, car il a pris beaucoup d’engagements dans le sens contraire. Mais c’est une décision qui appartient à la souveraineté du peuple mauritanien.


>>> À LIRE – Mauritanie : cap sur la présidentielle de 2019


Qui lui succédera ?

On parle de plusieurs personnes mais, pour la démocratie, il serait souhaitable que ce soit un civil.

Ne pensez-vous pas que la donne politique mauritanienne a changé vis-à-vis de ses élections ?

Effectivement. Par exemple, pour la première fois, le Premier ministre doit être accepté par l’Assemblée nationale. Le président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) s’est permis de prendre des libertés en critiquant la façon dont se sont déroulées les élections. C’est un début de changement. Reste que le président est toujours le seul maître à bord et que ses troupes ne peuvent rien sans lui…

Lire les autres articles du dossier

«Élections en Mauritanie : recomposition politique en cours»

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte