Politique

RDC : l’opposition va à nouveau se réunir, en Afrique du Sud, sans Bemba, Tshisekedi ni Kamerhe

Félix Tshisekedi (à g.) et Jean-Pierre Bemba. © Montage JA

Moins d’une semaine après leur rencontre à Bruxelles, les opposants congolais doivent se retrouver à Johannesburg, mardi 18 septembre, notamment pour rencontrer des responsables de l'ANC, au pouvoir en Afrique du Sud. Mais trois poids lourds manquent à l’appel : Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe.

S’agit-il de simple problème de visa ou d’agenda, comme l’affirment les organisateurs ? Ou faut-il y voir un problème politique ? Trois des poids lourds de l’opposition congolaise, Jean-Pierre Bemba, Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ne devraient pas rejoindre leurs camarades à Johannesburg mardi 18 septembre, pour une nouvelle réunion des têtes d’affiche de l’opposition, moins d’une semaine après celle de Bruxelles.

Ils étaient pourtant invités et ont choisi de se faire représenter par leurs proches : la secrétaire générale du Mouvement de libération du Congo (MLC), Ève Bazaiba, pour le premier, le secrétaire national aux relations extérieures de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), Gilbert Kankonde, pour le deuxième, et le porte-parole de l’Union pour la nation congolaise (UNC) Jolino Makelele, pour le troisième.

Présent à Bruxelles, Antipas Mbusa Nyamwisi ne devrait pas non plus se rendre à Johannesburg.

Responsables de l’ANC

Adolphe Muzito et Moïse Katumbi sont en revanche déjà sur place en Afrique du Sud, où ils devaient notamment participer à une « réunion préparatoire informelle » lundi soir.

Les présents devraient notamment rencontrer mardi des responsables du Congrès national africain (ANC), au pouvoir en Afrique du Sud. Le nom de son secrétaire général, Ace Magashule, est notamment cité.

« Nous allons plaider pour des élections libres, démocratiques et inclusives, indique l’ancien Premier ministre Adolphe Muzito. Et nous allons continuer de parler du candidat unique. Mais il faut surtout que nous nous mettions d’accord sur un programme d’action crédible pour sortir le pays de l’impasse », insiste-t-il.

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, l’opposant Jean-Pierre Bemba, qui a été officiellement écarté de la course à la présidence, a confié qu’il envisageait de soutenir un autre candidat à la présidentielle de décembre, à condition que la transparence du vote soit assurée et que l’opposition se mette d’accord pour soutenir un candidat unique.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte