Mines

Le Gabon restructure sa participation dans Comilog

Comilog est le deuxième producteur mondial de manganèse. © Tiphaine St-Criq/JA

Le Gabon a transféré la gestion de sa participation de 28,45 % dans le capital de l'entreprise minière Comilog, filiale du français Eramet, à la Société équatoriale des mines (SEM), une entreprise de droit privé - mais dont l'unique propriétaire est l'État gabonais.

C’est la Société équatoriale des mines, une entreprise de droit privé – détenue toutefois à 100 % par État du Gabon – qui gère désormais sa participation de 28,45 % dans le capital de l’entreprise minière Comilog, filiale du groupe français Eramet. Un transfert qui intervient « en ligne avec le Plan stratégique Gabon émergent (PSGE) » et vise « à rendre le secteur minier plus dynamique », explique dans un communiqué la SEM, qui est placée sous la tutelle technique du ministère des Mines, et assurera désormais la gestion des participations de l’État dans ce secteur.

Lire aussi :

Gabon : Standard & Poor’s souligne le manque de transparence général

L’émergence, slogan menteur ou réalité en marche ?

Gabon : premiers pas vers une économie émergente

Gabon : une nouvelle école des mines pour 2015

Gabon : Comilog plombe les résultats d’Eramet

Année 2013 en berne pour le minier Eramet

Une reconfiguration censée permettre à l’autorité de tutelle « de mieux se concentrer sur ses principales missions de définition de la politique minière, d’octroi de titres miniers, de promotion, de régulation et de contrôle du secteur minier ainsi que la mise en œuvre de la stratégie de transformation de ressources minérales » a expliqué Régis Immongault, le ministre des Mines, de l’Industrie et du Tourisme du Gabon.

Partenaire stratégique

« Cette réorganisation a pour but de renforcer la position de l’État, à travers la SEM, comme le partenaire stratégique des compagnies minières dans le développement du secteur minier gabonais », explique le communiqué de l’entreprise créée par décret présidentiel fin 2011. Le PSGE entend porter la contribution au PIB de ce secteur au même niveau que celui des hydrocarbures. En 2013, leurs contributions étaient de 6 % et 46 % respectivement, note SEM dans son communiqué.

L’an dernier, la production de manganèse de Comilog progressé de 22 % au Gabon, pour atteindre 3,7 millions de tonnes (un record) pour un chiffre d’affaires de 1,562 milliard d’euros et un résultat opérationnel courant en légère baisse, à 218 millions d’euros.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte