Justice

Maroc-France : Saad Lamjarred ne sera plus défendu par Me Éric Dupond-Moretti

Le chanteur Saad Lamjarred a été écroué le 18 septembre. © Fatima.Zohra.FZ/Creative Commons

Mis en examen le 28 août, le chanteur marocain Saad Lamjarred ne sera plus défendu par Me Éric Dupond-Moretti, comme le confirme l'avocat à Jeune Afrique. Son second avocat, Me Jean-Marc Fedida, continuera d'assurer sa défense.

Saad Lamjarred, la star marocaine de la chanson pop, a été mis en examen le mardi 28 août pour des « faits caractérisés de viol », à l’issue de 48 heures de garde à vue. Remis en liberté, il est toutefois sous contrôle judiciaire et ne peut pas quitter le territoire français sans une demande d’autorisation motivée au préalable.

Le chanteur marocain de 33 ans avait déjà été mis en examen et inculpé en octobre 2016 à Paris pour « viol aggravé » et « violences volontaires aggravées ». L’instruction est aujourd’hui close comme le confirme à Jeune Afrique l’avocat de la plaignante, Me Jean-Marc Descoubes. Mais l’affaire n’est pas terminée pour autant : le dossier a été transféré au parquet de Paris et les deux parties attendent le réquisitoire du procureur. En juin dernier, la justice française a donné raison à la plaignante, qui affirme que son état de santé s’est dégradé depuis la nuit où elle a rencontré le chanteur. Elle a demandé une expertise médicale qui devrait bientôt avoir lieu.

Défendu par Me Jean-Marc Fedida

Dans cette première affaire, Lamjarred était défendu par deux avocats : Me Jean-Marc Fedida et Me Éric Dupond-Moretti. Ce dernier, un ténor du barreau, avait été recommandé à la famille du chanteur par le roi Mohammed VI. Les parents de Saad Lamjarred, Bachir Abdou et Nezha Regragui, sont eux aussi artistes.

Mais cet avocat médiatique ne défend plus la star marocaine de la chanson, comme il l’a confirmé le jeudi 30 août à Jeune Afrique. Également contacté, Me Jean-Marc Fedida confirme qu’il continuera d’assurer la défense de Lamjarred.

Saad Lamjarred avait déjà été mis en cause aux États-Unis dans une affaire de viol présumé datant de 2010, mais les poursuites ont été abandonnées. En avril 2017, il avait encore été mis en examen suite à une plainte déposée en 2016 par une jeune femme qui assurait avoir été violée au Maroc. L’instruction est aujourd’hui close.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte