Dossier

Cet article est issu du dossier «Sénégal : Karim et Khalifa, même combat»

Voir tout le sommaire
Justice

Sénégal : Karim Wade accuse le président de la Cour suprême d’être « soumis aux ordres de Macky Sall »

Karim Wade, fils de l'ancien président sénégalais Abdoulaye Wade. © STR/AP/SIPA

Le candidat déclaré du Parti démocratique sénégalais (PDS) a diffusé un communiqué mardi soir, dans lequel il critique vivement le Premier président de la Cour suprême. Ce dernier doit rendre un jugement, ce jeudi 30 août, à propos de l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales.

Badio Camara, le Premier président de la Cour suprême « est l’un des principaux exécutants du complot politico-judiciaire dont je suis victime depuis six ans », écrit Karim Wade dans un texte au vitriol contre l’institution judiciaire, qualifiée notamment « d’annexe de palais présidentiel ». 

Ce communiqué intervient moins de 48 heures avant une décision très attendue de la Cour suprême sur le pourvoi en cassation formulé par Karim Wade pour contester le rejet de son inscription sur les listes électorales. En première instance, le tribunal de Dakar s’était déclaré « incompétent » pour statuer sur son recours, au motif que le requérant aurait dû déposer son recours au Koweït, où il avait fait sa demande d’inscription en avril dernier. 

« Sa responsabilité personnelle, directe et écrasante »

Le ministère de l’Intérieur avait rejeté, le 2 juillet, l’inscription de Karim Wade sur les listes électorales, en arguant de sa condamnation en mars 2015 à six ans de prison ferme pour « enrichissement illicite ». Avec la modification au mois de juin du code électoral, cette inscription est devenue un préalable indispensable pour pouvoir briguer la présidentielle.

Dans son communiqué, Karim Wade estime que le magistrat de la Cour suprême est « disqualifié » pour statuer sur son pourvoi en cassation. « Il porte la responsabilité personnelle, directe et écrasante dans les violations de mes droits fondamentaux, constatés par la Cour de justice de la Cedeao, le Groupe de travail des Nations unies sur la détention arbitraire, ainsi que toutes les juridictions internationales qui se sont prononcées sur ma situation », accuse le fils de l’ancien président sénégalais. 

« Ni impartial, ni indépendant »

« M. Badio Camara a participé récemment à plusieurs réunions nocturnes au Palais de la Républiques, tenues par Macky Sall en présence d’un membre du Conseil constitutionnel, du ministre de la Justice, et du ministre de l’Intérieur pour mettre à exécution le rejet arbitraire de mon inscription sur les listes électorales, et aussi organisé le rejet des recours que je pourrai introduire », affirme également Karim Wade. « Le moment est venu pour ces magistrats soumis aux ordres de Macky Sall d’être remplacés pour que notre pays retrouve une justice digne de ce nom », écrit-il encore.

Et de poursuivre, dans des propos peu amènes envers Badio Camara : « Incontestablement, le président de la Cour suprême a fait la preuve qu’il n’est ni impartial, ni indépendant ». « Il n’y a rien à attendre de cette Cour suprême actuelle », assène-t-il, avant de faire part de son intention de « saisir toutes les juridictions internationales pour faire respecter (ses) droits fondamentaux ». Avec toujours le même objectif : pouvoir concourir à la présidentielle, et battre Macky Sall.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte