Elections

Congo-Brazzaville : Denis Christel Sassou Nguesso ne sera pas candidat à la présidentielle de 2021

Denis Christel Sassou Nguesso, député d'Oyo et fils du président du Congo-Brazzaville. © DR

« Je ne suis pas candidat en 2021 et je soutiens la candidature du président Denis Sassou Nguesso », a annoncé Denis Christel Sassou Nguesso, lundi 27 août, affirmant vouloir mettre fin aux « polémiques ».

« Denis Sassou Nguesso a l’expérience la plus avérée pour conduire aux destinées de notre pays. » Pour son fils Denis Christel Sassou Nguesso, le président du Congo-Brazzaville, réélu en 2016 après une réforme constitutionnelle controversée qui permet à ce dernier de se représenter en 2021 pour un dernier quinquennat, doit de nouveau briguer la magistrature suprême.

« Aujourd’hui il n’y a aucun homme politique au Congo qui puisse garantir la stabilité de notre pays et poursuivre son œuvre de développement », justifie le lundi 27 août à Jeune Afrique le député d’Oyo à qui l’on prête pourtant des ambitions présidentielles. « Je ne suis pas candidat en 2021 et je soutiens la candidature du président Denis Sassou Nguesso », assure-t-il aujourd’hui, soutenant que ce dernier est « le meilleur » : « Mon choix se porte sur le plus qualifié. »

Fin « des polémiques » ?

Ces propos de celui que l’on surnomme « Kiki le pétrolier » sont surtout destinés à ses détracteurs qui se comptent, de plus en plus, au sein même de la coalition au pouvoir, voire du Parti congolais du travail (PCT). Beaucoup de caciques du PCT le soupçonnent en effet de vouloir étendre son influence sur cette formation politique du chef de l’État. Ce ne seraient que « des polémiques destinées à aiguiller le regard du peuple vers ces différents débats qui n’intéressent pas les Congolais », balaie Denis Christel Sassou Nguesso.

L’ex-patron de la Société nationale des pétroles du Congo (SNPC) contre-attaque et accuse, lui, certains compagnons de son père, au sein de sa famille politique, d’avoir des « ambitions cachées ».

Sans citer des noms, Denis Christel Sassou Nguesso croit néanmoins savoir que ceux-ci « sortiront du bois » : « Au lieu d’imaginer leur avenir personnel, [ces personnalités] de la majorité présidentielle [devraient] se mettre au travail pour répondre aux attentes et préoccupations des Congolais (…) afin d’aider le président de la République à pouvoir gagner les élections en 2021 », conclut-il.

Cette sortie médiatique de Denis Christel Sassou Nguesso intervient près de quatre mois après la présentation de son ouvrage Ce que je crois à Brazzaville. Un livre de 64 pages dans lequel il peignait sa « vision du Congo de demain », esquisse de son projet de société. D’où cette question qui revient : DCSN a-t-il vraiment mis en sourdine ses ambitions présidentielles ? Rien n’est moins sûr. D’autant qu’il ne remet pas en cause sa volonté de diriger, un jour, le Congo-Brazzaville. Après 2021 ?

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte