Immigration

Migrants bloqués en Sicile : l’ONU renvoie l’Italie et l’Union européenne dos à dos

Un migrant à bord du bateau "Sarost 5" au large du port tunisien de Zarzis le 1er août 2018. © AFP/Archives / FATHI NASRI

L'ONU a renvoyé l'Italie et l'UE dos à dos en exhortant samedi Rome à débarquer les migrants bloqués à bord d'un navire des gardes-côtes italiens en Sicile tout en appelant les Européens à les accueillir d'urgence.

Dans un communiqué, le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) « lance un appel aux États membres de l’Union européenne pour qu’ils offrent d’urgence des places de réinstallation à quelque 150 personnes secourues qui restent à bord du Diciotti, navire des garde-côtes italiens ». « En attendant, le HCR exhorte les autorités italiennes à autoriser le débarquement immédiat des personnes à bord », a-t-il ajouté.

Plus d’une semaine après le sauvetage de 190 migrants, du 15 au 16 août dernier en Méditerranée, par le Diciotti, environ 150 se trouvent toujours à bord, les autres, dont une trentaine de mineurs, ayant été autorisés à débarquer. Selon le HCR, « la majorité de ceux qui se trouvent à bord proviendraient de pays producteurs de réfugiés ». Cette affaire est à l’origine d’un bras de fer entre Rome et Bruxelles, alors que le nouveau gouvernement populiste italien a accru la pression sur les autres pays de l’UE pour qu’ils partagent davantage la prise en charge des arrivants.

À LIRE AUSSI >> L’Aquarius, avec 141 personnes à bord, reste au large de la Libye 

Le vice-président du Conseil italien, Luigi Di Maio, avait donné jusqu’à ce vendredi à Bruxelles pour trouver une solution sur la répartition des migrants bloqués sur le Diciotti, menaçant de réduire ses versements à l’UE. Un porte-parole de la Commission européenne a balayé vendredi l’ultimatum italien, soulignant que les Européens continuaient « de travailler intensivement pour résoudre la situation ». Mais la situation des migrants à bord du Diciotti n’avait pas évolué vendredi à l’issue d’une réunion organisée à Bruxelles entre hauts responsables diplomatiques de 12 pays membres sur la question de la migration.

« Il est dangereux et immoral de mettre en danger la vie des réfugiés et des demandeurs d’asile pendant que les États se livrent à une lutte politique pour trouver des solutions à long terme », a déclaré le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, Filippo Grandi, cité dans le communiqué.

Et le HCR de conclure: « Des vies sont en jeu. Déjà en 2018, plus de 1.600 personnes ont perdu la vie en tentant d’atteindre les côtes européennes, bien que le nombre de personnes tentant de traverser se soit considérablement réduit par rapport aux années précédentes ».

Quelque 700.000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes depuis 2014, mais le nombre de ces arrivées avait diminué de plus de 80% à fin juin par rapport à l’an dernier, selon le ministère de l’Intérieur.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte