Économie

Seydina Tandian, promoteur de la transparence financière en Afrique, est décédé

Seydina Tandian. © DR / Facebook

Le manager sénégalais a longtemps œuvré pour la notation financière des entreprises et le développement des marchés de capitaux en Afrique de l’Ouest.

Seydina Tandian est décédé mercredi 22 août, à la suite d’une courte hospitalisation à Coimbra, au Portugal, où le PDG de l’agence de notation West Africa Rating Agency (Wara) passait ses congés.

L’entrepreneur était l’un des pionniers du métier de la notation en Afrique subsaharienne francophone. « Seydina Tandian était une figure importante et respectée du secteur financier ouest-africain. Sa disparition brutale à 50 ans est une grande perte pour le Sénégal, sa patrie, et pour la sous-région qu’il n’a eu de cesse de servir », a déploré dans un communiqué l’agence Wara.

« Son décès est une surprise et m’attriste beaucoup. Nous avions des relations cordiales et nous participions parfois ensemble à des panels pour promouvoir notre métier. C’est une perte pour la finance africaine », regrette Stanislas Zézé, PDG de l’agence de notation Bloomfield Investment. Souvent concurrentes, les deux uniques agences de notation de l’Afrique de l’Ouest francophone étaient partenaires dans la défense d’une activité encore peu connue dans la région.

Un homme érudit et pédagogue

Ousmane Biram Sané, économiste-financier sénégalais, a lui aussi déploré la perte d’« un grand entrepreneur de la finance, un homme cordial et très entreprenant, qui allait au bout de ses convictions » et espéré que ses collaborateurs « perpétueront son œuvre admirable dans la finance africaine ».

Érudit et volontiers pédagogue, Seydina Tandian descendait d’une famille de notables et de théologiens originaires du Fouta (nord du Sénégal). Son père, Ibrahima Malamine Tandian, décédé en février dernier à 82 ans, était un haut fonctionnaire, ancien gouverneur de la région de Louga, dans le nord-ouest du pays.

Nous perdons l’un des esprits les plus brillants de notre sous-région

Juriste et économiste de formation, passé par l’université Robert Schuman de Strasbourg, Seydina Tandian était l’un des 39 étudiants étrangers de la promotion Cyrano de Bergerac de l’ENA (1997- 1999), où il a côtoyé, entre autres, Alexandre Bompard, PDG du groupe Carrefour, et Aline Sylla-Walbaum, directrice générale France de la société de vente aux enchères Christie’s.

Des contrats clés

C’est à Dakar, en 2006, que Seydina Tandian pose les bases de Wara. Après une demi-douzaine d’années de plaidoyer et d’éducation des autorités aux mérites de la notation des entreprises, la réglementation du marché financier ouest-africain est mise à jour et Wara obtient, en 2012, son agrément auprès du Conseil régional de l’épargne publique et des marchés financiers de la zone Uemoa.

« Nous avons travaillé ensemble lors de la préparation de l’introduction de la notation dans la zone Uemoa et dans la promotion ensuite de ce métier. J’admirais sa ténacité, sa force de conviction et sa volonté de réaliser quelque chose d’innovant sur le continent. Nous perdons l’un des esprits les plus brillants de notre sous-région », salue Edoh Kossi Amenounve, directeur général de Bourse régionale des valeurs mobilières, à Abidjan.

Très vite, l’agence décroche des contrats clés, tels que la notation du groupe agro-industriel Sifca, premier employeur privé ivoirien, qu’il accompagne dans le cadre d’un emprunt obligataire inédit de 35 milliards de F CFA (53 millions d’euros). Wara compte aujourd’hui des bureaux à Dakar et à Abidjan, ainsi qu’une quinzaine de clients déclarés, dont Sifca, le groupe financier burkinabè Coris bank International, le spécialiste de la restaurant d’entreprise Servair, l’opérateur télécoms Onatel et le distributeur automobile CFAO Motors CI.

L’ancien de Moody’s Anouar Hassoune assurera l’intérim

La date des obsèques de Seydina Tandian devrait être connue dans les prochains jours. Dans son communiqué, l’agence de notation a annoncé la nomination de Anouar Hassoune (43 ans),  comme administrateur délégué intérimaire de Wara. Ancien élève d’HEC, de Sciences Po Paris et de l’ENS, passé par les agences de notations internationales Moody’s et Standard & Poor’s, Anouar Hassoune présidait le groupe normes et méthodes de Wara. « Toute l’équipe de Wara est mobilisée pour poursuivre l’œuvre de Seydina Tandian, et continuer à donner vie à sa vision, dans le respect des plus hautes exigences de qualité et d’intégrité », a souligné l’agence ouest-africaine.

« La dernière fois que je nous nous sommes croisés, c’était il y a trois mois, dans un restaurant. Et me voyant en compagnie du patron d’une des entreprises notées par Wara, il lui avait dit : ‘N’oubliez pas, on revient bientôt pour la réévaluation de votre notation!’, avant de sortir en souriant », se souvient Stanislas Zézé.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte