Elections

Présidentielle au Zimbabwe : la Cour constitutionnelle valide la victoire d’Emmanuel Mnangagwa

Emmerson Mnangagwa lors d'une conférence de presse, le 3 août 2018 © Tsvangirayi Mukwazhi/AP/SIPA

La Cour constitutionnelle du Zimbabwe a validé vendredi 24 août l'élection du président sortant Emmerson Mnangagwa, estimant que les accusations de fraudes et de manipulations au scrutin du 30 juillet avancées par l'opposition n'avaient pas été prouvées. L'investiture d'Emmerson Mnangagwa avait été suspendues en attendant la décision de la Cour.

« La requête [de l’opposition] est rejetée (…) Emmerson Mnangagwa est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle », a annoncé Luke Malaba, le président de la Cour constitutionnelle. « En dernière analyse, la Cour estime que le requérant n’a pas présenté devant elle de preuves claires, directes et suffisantes » des irrégularités alléguées, a justifié le juge.

La commission électorale avait annoncé dans la nuit du 2 au 3 août la victoire d’Emmerson Mnangagwa en le créditant de 50,8% des suffrages, contre 44,3% à son rival du Mouvement pour un changement démocratique (MDC), Nelson Chamisa. Arguant de nombreuses irrégularités, le MDC a contesté ces résultats devant la plus haute instance judiciaire du pays en déposant un recours le 10 août.

« Après les protestations violentes totalement inutiles, nous nous sommes félicités de la voie juridique que le MDC a finalement emprunté pour contester les élections », a écrit le président zimbabwéen sur son compte Twitter après l’annonce du rejet des recours de l’opposition. « Je répète encore une fois mon appel à la paix et à l’unité. Nelson Chamisa, ma porte est ouverte et mes bras sont tendus, nous sommes une nation, et nous devons mettre notre nation en premier », a-t-il ajouté.

Le « nouveau Zimbabwe »

Emmerson Mnangagwa, bientôt 76 ans, a pris la tête du Zimbabwe en novembre dernier après la démission de Robert Mugabe, poussé à la démission par l’armée et son parti après un règne autoritaire de trente-sept ans. Le « crocodile », surnom de Mnangagwa, avait alors promis que le pays rentrait dans une nouvelle ère, celle du « nouveau Zimbabwe », « ouvert aux affaires ». Invitant pour la première fois depuis 2002 des missions d’observateurs internationaux pour assister au vote, le président zimbabwéen avait promis des élections crédibles et transparentes.

Des cas d’intimidations et de violences ont été rapportés lors de la pré-campagne, et le vote du 30 juillet a été marqué par un fort taux de participation, autour de 75%. Les observateurs sur place avaient par la suite vivement condamné la répression d’une manifestation de l’opposition, 48 heures après le vote. Une démonstration de force de l’armée venue ternir le bilan des premières élections depuis la chute de Robert Mugabe.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte