Politique

Ouganda : le chanteur et député de l’opposition Bobi Wine inculpé pour trahison

Bobi Wine, le "président du ghetto" vient de faire son entrée au Parlement Ougandais.

Bobi Wine, le "président du ghetto" vient de faire son entrée au Parlement Ougandais. © Vidéo Reuters

Le chanteur et député ougandais Bobi Wine a été inculpé jeudi 23 août pour trahison par un tribunal civil, peu après qu’une cour martiale eut abandonné les accusations de possession illégale d’armes à feu à son encontre.

Le tribunal de Gulu dans le nord de l’Ouganda a décidé de maintenir Bobi Wine, de son vrai nom Robert Kyagulanyi, en détention jusqu’au 30 août, date à laquelle il comparaîtra pour « trahison », en compagnie de 34 autres personnes inculpées pour le même motif la semaine dernière.

Auparavant, toujours à Gulu, le tribunal militaire présidé par le général Andrew Gutti avait renoncé à des poursuites pour « possession illégale d’armes à feu » contre Bobi Wine, au motif qu’il devait répondre de l’accusation plus grave de « trahison ».

Ce dernier avait été arrêté le 14 août à Arua (nord-ouest), où il était venu soutenir le candidat de son parti à une élection législative partielle. Il avait été inculpé par ce même tribunal militaire deux jours plus tard. Selon la police, deux armes à feu avaient été retrouvées dans la chambre d’hôtel de Bobi Wine à Arua. La possession illégale d’arme à feu est un délit passible de comparution devant la justice militaire, selon la loi ougandaise.

Dès l’annonce de la décision de la Cour martiale, jeudi, Bobi Wine a été à nouveau arrêté et emmené devant un tribunal civil, où il s’est présenté en boitant et avec une écharpe aux couleurs du drapeau ougandais autour du cou.

« Le simulacre de justice et les abus injustifiés des droits de Bobi par l’armée ont pris fin. Maintenant, nous pouvons aller devant un tribunal civil pour obtenir justice », a déclaré un des avocats de la star, Nicholas Opiyo.

Détracteur virulent de Museveni

Bobi Wine, 36 ans, s’est imposé comme un porte-parole de la jeunesse ougandaise et un détracteur virulent du président Yoweri Museveni depuis son élection à l’Assemblée nationale en 2017.

Son arrestation faisait suite à un incident à Arua au cours duquel des partisans de l’opposition ont jeté des pierres sur le convoi du président Museveni, venu soutenir le candidat de son camp à l’élection partielle. Trente-quatre personnes, dont quatre députés, avaient été arrêtées en même temps que lui, puis inculpées de trahison, pour avoir prétendument cherché à attenter à la sécurité du président.

La semaine dernière, son épouse et son avocat avaient dénoncé un coup monté et accusé les forces de sécurité de l’avoir brutalisé en détention. Sa détention a déclenché des manifestations en début de semaine dans la capitale Kampala, qui ont été violemment réprimées à coups de gaz lacrymogènes et tirs à balles réelles.

Yoweri Museveni, âgé de 74 ans et au pouvoir depuis 1986, a récemment fait supprimer la limite d’âge pour être candidat à la présidentielle, se donnant la possibilité de se représenter en 2021.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte