Diplomatie

Soupçons de sexisme à l’UA – Moussa Faki Mahamat : « Aucun individu particulier n’est visé »

Moussa Faki, le 23 mai 2018 à Bruxelles. © Geert Vanden Wijngaert/AP/SIPA

Suite aux révélations de Jeune Afrique sur l’enquête ouverte pour des soupçons de harcèlement sexiste au sein du Conseil de paix et de sécurité de l'Union africaine, dirigé par Smaïl Chergui, le président de la Commission de l’Union africaine a publié un communiqué vendredi 17 août dans lequel il assure que cette enquête « ne vise aucun individu en particulier ».

Comme nous l’indiquions dans notre édition du 12 août (JA n°3005), l’Union africaine a diligenté une enquête une interne fondée sur des soupçons de discrimination envers les femmes au sein de sa Commission, suite à des révélations de l’hebdomadaire sud-africain Mail & Guardian.

Dans un communiqué mis en ligne sur son site internet vendredi 17 août dans la matinée, la Commission indique que « le Comité de haut niveau mis en place, en juin dernier, par le président de la Commission, Moussa Faki Mahamat, pour enquêter sur les allégations de harcèlement de femmes membres du personnel de la Commission poursuit ses travaux. »


>>> A LIRE – Soupçons de sexisme à l’Union africaine : Smaïl Chergui visé par une enquête


Ce comité est composé de « Bineta Diop, envoyée spéciale pour les Femmes, la Paix et la Sécurité; Lucy Asuagbor, membre de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples et Rapporteur spécial sur les droits des femmes en Afrique et Tujilane Rose Chizumila, Juge à la Cour africaine des droits de l’Homme et des peuples », précise la Commission de l’UA.

Le communiqué précise également qu’« à la demande de ses membres, le Comité s’est vu accorder un délai supplémentaire pour finaliser son rapport, qui sera présenté d’ici septembre 2018 ».

L’enquête est menée « de manière transparente et indépendante, et ses conclusions et recommandations seront rendues publiques », insistent les services de Moussa Faki Mahamat. « Le Comité est chargé d’examiner la question globale du harcèlement au sein de la Commission. Par conséquent, et contrairement aux informations véhiculées par certains médias, son mandat ne vise aucun individu en particulier », assure le texte.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte