Économie

Orange bientôt banquier en Afrique de l’Ouest ?

Déjà très actif dans le secteur de la banque mobile, Orange envisage d’étendre ses services financiers. Une ambition qui pourrait passer par l’émission de monnaie électronique.

Par
Mis à jour le 13 octobre 2014 à 10:37

Le service Orange Money a passé le cap des 10 millions d’utilisateurs dans les 13 pays de la zone Afrique-Moyen-Orient où ce service est disponible. © AFP

Le groupe français veut aller plus loin dans le domaine des services financiers. Ce sera notamment la mission de Laurent Paillassot, ex-directeur général délégué de LCL, qui a rejoint le comité exécutif d’Orange le 1er septembre.

Monnaie électronique

Au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), cela pourrait se traduire par l’obtention d’une licence permettant à l’opérateur télécoms d’émettre de la monnaie électronique. C’est-à-dire gérer sans partenaire bancaire le paiement de factures ou des transferts d’argent à partir des comptes Orange Money de ses clients.

Alliances

En attendant l’attribution éventuelle de cette licence bancaire, Orange a conclu depuis le début de l’année des alliances stratégiques dans le domaine du « mobile money » avec deux importants groupes bancaires opérant dans la région : BNP Paribas et Bank of Africa. Cette année, le service Orange Money a passé la barre des 10 millions d’utilisateurs en Afrique. Selon les derniers chiffres disponibles, plus de 11 millions de clients Orange y ont recours dans 14 pays en Afrique et au Moyen Orient.

Pour rappel, Orange compte 90 millions d’abonnés sur le continent africain (40 % de ses clients à travers le monde) et y réalise un chiffre d’affaires de 5,5 milliards d’euros (10% des revenus du groupe). L’opérateur table sur une croissance de 10 % de ses revenus en Afrique cette année.

Lire aussi :

Réussite : dans les coulisses de la révolution « banque mobile » en Afrique

Orange Money passe le cap des 10 millions d’utilisateurs

Dossier Télécoms : L’argent mobile, une valeur en hausse