Transport aérien

Aérien : un accord trouvé entre Royal air Maroc et ses pilotes

Royal Air Maroc (RAM) a été secouée par un mouvement social depuis le 20 juillet 2018. © Gilles ROLLE/REA

Après plus de trois semaines de graves perturbations, un accord a été trouvé en la direction de Royal Air Maroc et les pilotes de la compagnie. Des perturbations persistent cependant sur plusieurs liaisons.

Dans leur communiqué conjoint, la RAM et l’Association marocaine des pilotes de ligne (AMPL) « se félicitent de la conclusion de cet accord qui émane de leur conscience des enjeux majeurs économiques et sociaux du pays » et « du rôle essentiel du tourisme ».

L’accord, rendu public mercredi 15 août, « traduit également la conscience des deux parties de l’importance du corps professionnel des pilotes de ligne, de l’impérieuse nécessité de lui maintenir des conditions de travail optimales en rapport avec son environnement professionnel particulier », poursuit le texte sans autre détail sur le fruit des négociations.


>>> A LIRE – Crise à la Royal Air Maroc : des négociations pour sauver le Hajj


Le site internet de la compagnie, toujours barré d’un bandeau rouge « tensions sociales : risques de perturbations », annonce cependant pour mercredi six annulations de vols vers l’Europe (Paris, Bruxelles, Milan, Copenhague) et des perturbations sur sept autres liaisons, notamment vers Conakry et Abdijan.

Plus de trois semaines de tensions

Jusqu’à dix vols par jour ont été annulés depuis le 20 juillet, en pleine période de vacances et de retour au pays de l’importante communauté marocaine installée à l’étranger.

Des passagers, dont des familles avec enfants, ont été bloqués en attente de vol, certains pendant plus de 48 heures, selon les médias locaux. Plusieurs ont vigoureusement dénoncé sur les réseaux sociaux un déficit d’information sur les horaires des vols.

Selon les pilotes, le blocage provenait d’un problème de sous-effectif chronique, avec actuellement 520 pilotes en fonction et 86 postes non pourvus. Les pilotes refusaient d’augmenter leurs heures supplémentaires sans révision de leurs conditions.

Au début des négociations, le patron de la compagnie, Abdelhamid Addou, avait pour sa part fustigé une « surenchère des revendications ».

Après avoir traversé une période difficile en 2011, la RAM, qui emploie environ 3 200 salariés, est revenue à l’équilibre en 2012 et s’est depuis lancée dans un vaste plan de développement sur le continent africain, avec un total de 90 destinations dans le monde.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte