Bourse

Fer : « les projets africains vont devoir attendre »

Magnus Ericsson, directeur associé de SNL Metals & Mining. © Peter Knutson

Magnus Ericsson, directeur associé chez SNL Metals & Mining, analyse pour "Jeune Afrique" la baisse des cours du fer.

Les prix du fer sont en baisse – de plus de 40 % depuis le début de l’année – pour deux raisons. D’abord, la demande diminue légèrement : les carnets de commandes des aciéries occidentales se sont dégarnis, et la consommation chinoise, si elle est toujours forte (environ 1,8 milliard de tonnes en 2013), a toutefois ralenti. Ensuite, la production a beaucoup progressé, surtout parce que les projets australiens de BHP Billiton, Rio Tinto et Fortescue Metal Group (FMG) ont atteint leur pleine capacité.

Cour du minerai de fer source BARTCHARTdotCOmRésultat, les marchés sont peu enclins à financer de nouvelles mines. Les petits acteurs du continent dont les projets ne sont pas suffisamment avancés vont avoir énormément de mal à trouver des partenaires financiers. Seuls ceux qui ont déjà démarré l’extraction, comme African Minerals et London Mining en Sierra Leone, sont soutenus.

Mégaprojets

Du côté des groupes plus grands – qui accèdent plus facilement aux capitaux -, les chantiers déjà actifs, comme ceux, gigantesques, de la Société nationale industrielle et minière (Snim) de Mauritanie, vont continuer à produire à plein régime, ceux d’Afrique du Sud également.

Mais les mégaprojets encore en développement resteront probablement gelés ou ralentis pendant quelque temps, tel celui du Simandou en Guinée, mené par Rio Tinto. D’autant plus que certaines compagnies minières de fer présentes dans la zone touchée par le virus Ebola invoquent la fièvre pour expliquer la réduction de leur activité. Elles cherchent à garder leurs actifs miniers sans trop investir en attendant que les cours (situés autour de 76 dollars la tonne) remontent.

D’ici trois à quatre ans, nous prévoyons que les prix passeront de nouveau la barre des 100 dollars la tonne, ce qui relancera l’intérêt des miniers pour les projets africains. D’ici là, ces derniers vont devoir patienter… »

Lire aussi :

Fer : pourquoi ArcelorMittal franchit la frontière guinéenne

Fer : À court terme, les prix vont baisser

Les deux versions du mont Simandou

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Fermer

Je me connecte