Archives

Retour en grâce pour Hachemi El-Hamdi

Par
Mis à jour le 29 septembre 2003 à 01:00

Entre le patron de la chaîne de télévision par satellite Al-Mustakilla, Hachemi el-Hamdi, et les autorités tunisiennes, les relations se sont beaucoup améliorées. Après avoir accordé une large audience aux représentants de l’opposition tunisienne durant la seconde moitié de l’année 2001, la chaîne basée à Londres multiplie, depuis le début 2002, les appels du pied en direction du palais de Carthage. El-Hamdi, un ancien leader du mouvement islamiste Ennahdha, qui prône aujourd’hui la séparation entre la religion et l’État, fait ouvertement campagne pour la candidature du président Ben Ali pour un quatrième mandat en 2004. Renvoi d’ascenseur : l’épouse de l’ancien opposant, de nationalité algérienne, et ses enfants ont passé leurs vacances d’été en Tunisie où ils ont goûté aux délices de l’hospitalité locale.
El-Hamdi a profité de ce retour en grâce pour introduire auprès des tribunaux une procédure visant à changer le prénom de son fils aîné, Oussama, difficile à porter, il est vrai, depuis le 11 septembre 2001. Il voudrait tirer ainsi un trait sur un passé qui l’a amené, dans les années 1990, à fréquenter au Soudan quelques-unes des grandes figures de l’internationale islamiste, comme Hassan Tourabi et Oussama Ben Laden lui-même. Conséquence prévisible de cet énième revirement : rares sont aujourd’hui les téléspectateurs tunisiens qui regardent encore Al-Mustakilla.