Elections

Côte d’Ivoire : Noël Akossi-Bendjo « révoqué » de son poste de maire du Plateau

| Par Jeune Afrique
Mis à jour le 01 août 2018 à 20h43
Noël Akossi Bendjo, a été révoqué de son poste de maire du Plateau sur décision du gouvernement.

Noël Akossi Bendjo, a été révoqué de son poste de maire du Plateau sur décision du gouvernement. © Capture écran YouTube/ Abidjan.netTV

Figure du PDCI hostile au parti unifié, Noël Akossi-Bendjo est soupçonné de « grave déviation dans sa gestion et faux en écriture publique », a annoncé le porte-parole du gouvernement à l’issue du Conseil des ministres.

En séjour privé à Paris, Noël Akossi-Bendjo n’avait pas été prévenu de cette décision, tombée comme un couperet, ce mercredi 1er août. Le conseil des ministres a décidé de « révoquer » le maire du Plateau, une commune d’Abidjan, pour « graves déviations dans sa gestion et faux en écriture publique », a annoncé Sidi Tiémoko Touré, le porte-parole du gouvernement ivoirien. Il n’a pas souhaité préciser quels faits sont reprochés au désormais ex-édile du riche quartier d’affaire du centre d’Abidjan.

« Nous sommes dans la stricte application de la loi, il n’y a pas de révocation ciblé », a répondu Sidi Tiémoko Touré aux journalistes qui s’interrogeaient sur la légalité du renvoi d’un élu.  Il a ajouté qu’aucun mandat d’arrêt n’avait pour l’heure était délivré.

Soupçons de règlements de compte politique

Décision légaliste ou punition politique ? Cette annonce a immédiatement fait surgir des soupçons de règlements de compte. Figure du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI), Noël Akossi-Bendjo ne se cache pas d’être l’un des plus fervents opposants au parti unifié, créé au forceps par Alassane Ouattara, le mois dernier.

Le président ivoirien n’a pour l’instant pas réussi à convaincre son allié, Henri Konan Bédié, de rejoindre son projet. Si, officiellement, l’alliance entre le Rassemblement des Républicains (RDR) et le PDCI n’est pas enterrée, ces dissensions créent depuis plusieurs mois de graves tensions au sein de la majorité présidentielle.

Ce n’est pas la première fois qu’un élu est ainsi mis à l’écart par le Conseil des ministres. Il y a un an jour pour jour, Jean-Louis Billon, un autre des tenants de la ligne anti-parti unifié, avait été suspendu de son poste de président du Conseil régional du Hambol.

Candidat à un nouveau mandat

S’il ne souhaitait pas s’exprimer dans l’immédiat, il y a de fortes chances que Noël Akossi-Bendjo poursuivra la bataille politique. Il a déjà annoncé qu’il souhaitait se porter candidat à un nouveau mandat à la tête du Plateau lors des élections municipales du 13 octobre prochain. Il fera notamment face à Fabrice Sawegnon, un influent communiquant à la tête de l’agence Voodoo, très proche d’Alassane Ouattara.

Newsletter :
déjà 250 000 inscrits !

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Jeune Afrique Digital

L'abonnement 100% numérique

consultable sur smartphone, PC et tablette

JA3095_600 devices

Profitez de tous nos contenus
exclusifs en illimité !

Inclus, le dernier numéro spécial de Jeune Afrique

Abonnez-vous à partir de 1€
Fermer

Je me connecte