Politique

Bénin : Patrice Talon suspend sa réforme constitutionnelle pour une durée indéterminée

Le président Patrice Talon à son domicile à Cotonou, au Bénin, le 6 septembre 2016 © Lee Gottemi / JA

Le président béninois Patrice Talon a officiellement abandonné, pour une durée indéterminée, son projet de réforme constitutionnelle qui devait être soumis au vote populaire, arguant que l'organisation d'un référendum coûterait trop cher et n'était pas une priorité.

« Un référendum coûte cher et nous sommes à quelques mois des élections législatives […]. Le coût de l’organisation d’un référendum mettrait à contribution la trésorerie de l’État pour un montant incompatible avec ma volonté de consacrer nos ressources actuelles aux besoins vitaux de la population », a expliqué le chef de l’État dans un discours télévisé prononcé dans la soirée du 31 juillet, à la veille de la 58e fête de l’Indépendance du Bénin.

« La réforme initiée par l’Assemblée nationale est importante certes, mais elle ne constitue pas, pour l’heure, un enjeu prioritaire », a-t-il indiqué dans son message. Si le projet a été repoussé sine die, le président avait évoqué, le 23 juillet dernier au Palais de la Marina, la période se situant après les législatives de 2019.

Talon renonce au référendum

Début juillet, lors de son étude par l’Assemblée, son projet avait de nouveau échoué à atteindre les 4/5e de la majorité parlementaire requise. Il devait être renvoyé automatiquement au vote par référendum.

« J’ai décidé de ne pas user de cette faculté », a déclaré Patrice Talon. « Je suis convaincu qu’un jour, le sens de l’intérêt national et la raison finiront par l’emporter sur la politique politicienne », a-t-il toutefois ajouté.

Cette réforme prévoyait de consacrer l’amélioration de la représentativité des femmes au sein de l’Assemblée nationale, de supprimer la peine de mort, et encore d’instaurer une Cour des Comptes et de regrouper toutes les élections.

Une politique sous le feu des critiques

La question du regroupement des élections, avancée par ses défenseurs pour réduire les coûts, était loin de faire consensus. L’opposition redoutait que la durée des mandats soit allongée pour faire coïncider les scrutins.

Mais selon plusieurs observateurs, un tel vote aurait surtout pu se transformer en référendum pour ou contre la politique de Patrice Talon. Un pari très risqué pour le chef de l’État, de plus en plus critiqué, notamment au sein du monde syndical, pour sa politique libérale.

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte