Diplomatie

Trump apporte son soutien à Rome sur le dossier libyen

Donald Trump, le président américain, et le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, le 30 juillet 2018 à Washington. © Evan Vucci/AP/SIPA

En visite aux États-Unis pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir, le président du Conseil italien, Giuseppe Conte, a obtenu la promesse d'un appui américain sur le dossier libyen de la bouche de Donald Trump. Le président américain a également salué la politique migratoire italienne de fermeture des frontières.

Giuseppe Conte a reçu l’assurance de la part Donald Trump que les États-Unis soutiendront et participeront à une conférence internationale sur la Libye organisée à Rome. Alors que la France, sous l’impulsion d’Emmanuel Macron, entend se poser comme un acteur majeur du processus d’unification et de pacification de la Libye, l’Italie compte bien ne pas se laisser damer le pion par Paris dans le pays.

Et la rivalité entre les deux pays européens, qui entretiennent ces derniers mois des relations tendues du fait de divergences sur la question migratoire, s’affiche désormais au grand jour.


>>> A LIRE – Élections le 10 décembre en Libye : une date, de l’optimisme et encore beaucoup de questions


Fin mai, les différentes parties libyennes s’étaient réunies à Paris pour une déclaration commune non-signée, ce qui représentait un succès en demi-teinte pour la politique du président français sur le dossier libyen. La date du 10 décembre 2018 avait alors été fixée pour l’élection présidentielle libyenne, alors que les Libyens ne se sont toujours pas exprimés sur la nouvelle Constitution.

Un délai supplémentaire pour la présidentielle

Un calendrier que remet en cause l’Italie et de nombreux acteurs sur le terrain. Le quotidien La Stampa révèle ainsi que Donald Trump soutiendra un délai supplémentaire pour l’organisation de la présidentielle libyenne, conformément à la position de l’Italie. Plus généralement, Washington devrait considérer Rome somme son principal partenaire occidental dans le pays.

Giuseppe Conte, un juriste novice en politique qui dirige depuis le 1er juin un gouvernement d’alliance entre les antisystème du Mouvement 5 étoiles et par la Ligue du Nord, un parti d’extrême droite, cherche à renforcer les relations commerciales avec les États-Unis, à la faveur de vues communes avec le président américain sur un grand nombre de sujets.

Une proximité savamment mise en scène par les deux hommes. « Nous sommes tous les deux des outsiders en politique », a d’ailleurs lancé le président des États-Unis, lors d’une conférence commune à Washington au cours de laquelle il a salué en Giuseppe Conte « un homme qui fait un travail formidable », le félicitant en particulier pour sa « position très ferme à la frontière ».

Déjà 250 000 inscrits !
NEWSLETTER

Recevez chaque jour par email,
les actus Jeune Afrique à ne pas manquer !

Votre magazine JEUNE AFRIQUE

consultable sur smartphone, PC et tablette

Couverture

Profitez de tous nos contenus exclusifs en illimité !

Abonnez-vous à partir de 7,99€

Déjà abonné(e) ? Accédez au kiosque

Abonnez-vous à la version papier

Fermer

Je me connecte