Économie

La Banque centrale de Tunisie émet un emprunt « samouraï » de 50 milliards de yens

La Banque centrale de Tunisie a émis un emprunt obligataire de 50 milliards de yens soit environ 825 millions de dinars tunisiens sur le marché domestique japonais. D’une maturité de 10 ans, ces obligations ont été émises au taux très avantageux de 1,61 %, avec la garantie du Japon.

Par
Mis à jour le 10 octobre 2014 à 16:40

Ancien ministre de Bourguiba, Chedly Ayari a été nommé en juillet 2012. © Ons Abid/JA

La Banque centrale de Tunisie a émis un emprunt obligataire de 50 milliards de yens (825 millions de dinars et environ 463 millions de dollars) sur le marché domestique japonais, ce vendredi 10 octobre. Cet emprunt obligataire « samouraï », arrangé par Nomura Securities CO, porte une maturité de 10 ans et a été émis au taux très avantageux de 1,61 %, ce qui s’explique en grande partie par la garantie apportée par la Banque japonaise pour la coopération internationale (JBIC), qui couvre le capital et une partie des intérêts.

Lire aussi :

La Tunisie va émettre 2,2 milliards de dollars en obligations souveraines

Infrastructures : le Japon prête plus de 300 millions d’euros à la Tunisie

Tunisie : l’emprunt national fait le plein mais rate sa cible

Shinzo Abe mène la reconquête japonaise en Afrique

C’est la troisième opération de ce type réalisée par la Banque centrale de Tunisie sur le marché japonais avec la garantie de cette institution financière. Ce mécanisme avait permis à la BCT de lever 25 milliards de yens et 22,4 milliards de yens en 2012 et en 2013 respectivement.

Crédibilité

Pour la Banque centrale tunisienne, le succès de cette émission et la diversité des souscripteurs reflète en partie la crédibilité dont elle bénéficie « en tant qu’émetteur fréquent sur le marché ‘samouraï’ depuis 1994 ».

Retour progressif du « risque tunisien »

Cette opération confirme également, selon BCT, le retour « progressif du risque tunisien sur les marchés internationaux des capitaux, depuis le 14 janvier 2011 ». Avec cette transaction, l’institution financière tunisienne indique avoir mobilisé, depuis 2012, « une enveloppe globale de l’ordre de 5 milliards de dollars ».

Parmi ces ressources figurent 2,38 milliards de dollars levés sur les marchés de capitaux internationaux avec la garantie de pays partenaires tels que le Japon et les États-Unis, 1,7 milliard de dollars mobilisés grâce à un accord avec le Fonds monétaire international (dont 1,1 milliard de dollars US ont été déjà décaissés) et 1 milliard de dollars obtenus sous forme de dépôts collectés auprès d’autres banques centrales.