Économie

Mines : le gouvernement du Niger approuve le nouvel accord avec Areva

Le Conseil des ministres du Niger a approuvé le vendredi 10 octobre le renouvellement de l’accord de production d’uranium du groupe Areva, signé fin mai au terme d’un long bras de fer qui a duré près de deux ans.

Par
Mis à jour le 13 octobre 2014 à 12:17

Luc Oursel, patron d’Areva, et le président Mahamadou Issoufou, lors de la signature de l’accord de Niamey, le 26 mai. © Areva

Le gouvernement nigérien a approuvé le renouvellement du contrat de production d’uranium du groupe français Areva, à l’issue de deux années de négociations difficiles. Les deux parties avaient annoncé en mai la signature d’un nouvel accord de dix ans concernant les mines de Somair et Cominak d’Areva. Le feu vert donné le vendredi 10 octobre par le Conseil des ministres du Niger, autorise sa mise en oeuvre.

———-> Lire également : Niger-Areva : les coulisses d’une très longue négociation <————

Dans le cadre de cet accord, Areva accepte de revenir sur certaines exemptions fiscales et d’augmenter les royalties reversées, précise le gouvernement nigérien dans un communiqué. Le groupe français accepte aussi d’investir 117 millions d’euros pour remettre en état la route menant à sa mine d’Arlit, financer un projet de développement local et construire un nouveau siège dans la capitale, Niamey.

En juin, le ministère nigérien des Mines avait indiqué que le Niger escomptait plus de 20 milliards de francs CFA (30 millions d’euros) de recette fiscales supplémentaires cette année grâce à la renégociation de l’accord.

Pour rappel, en 2013, le minerai nigérien constituait 20 % de l’approvisionnement en uranium du parc nucléaire français. Cette part devrait descendre autour de 10 % cette année en raison des politiques de diversification d’EDF et d’Areva.

(Avec Reuters)